Les villes moyennes interpellent les candidats à la présidentielle

Administration

Les élus représentant les villes moyennes ont interpellé les candidats à la présidentielle pour connaître leur vision territoriale de la France ainsi que leur avis sur sa place en Europe.

Réforme des dotations de l’État, extension de la décentralisation, accélération de la couverture numérique du pays, accompagnement des territoires au développement durable… : la Fédération des villes moyennes (FVM) a adressé ses « 12 priorités pour 2012 » aux candidats à la fonction présidentielle.

La FVM regroupe deux cents élus des villes de 20 000 à 100 000 habitants, qui concentrent un quart de la population française. Se déclarant prêts à travailler avec le futur président de la République, ils souhaitent que s’instaure un véritable lien de confiance entre les collectivités et l’État, afin de mettre en œuvre une politique territoriale équitable. « La stratégie de modernisation de l’État doit se faire avec les territoires », dans « le souci d’offrir de meilleurs services publics dans un cadre d’équité territoriale », écrivent-ils aux candidats.

Pour cela, les maires des villes moyennes estiment que la politique d’aménagement du territoire doit être placée sous l’autorité du Premier ministre et réclament une intervention de l’État, lorsque les moyens locaux ne permettent pas de garantir l’égalité devant les services publics. En outre, ils souhaitent que la décentralisation soit étendue, à condition d’être consultés au préalable, et demandent une clarification du champ de compétences des collectivités afin d’éviter des recouvrements de compétences.

Péréquation rénovée

Par ailleurs, constatant la diminution des marges de manœuvre des collectivités, liée à la réforme de la fiscalité locale, la FVM demande une révision, en profondeur, de la répartition des dotations de l’État. Le nouveau dispositif prendrait en compte « les charges de centralité des villes moyennes », dans le cadre d’une « péréquation rénovée ».

Inquiets de la multiplication des normes, les élus réclament aussi des délais pour terminer de rendre accessibles les bâtiments existants, comme l’impose la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 dite « loi Handicap ».

Le document adressé aux candidats passe également en revue plusieurs politiques sectorielles. Quelques exemples : les élus souhaitent notamment que les établissements sanitaires des villes moyennes deviennent des pivots de l’offre de soins, publique et privée, et que les pôles universitaires bénéficient de ressources équilibrées. La couverture numérique du territoire devrait être accélérée de cinq ans (à partir de fin 2015) par rapport au plan national très haut débit.

Les maires en appellent également à l’accompagnement en matière de construction de logements sociaux innovants et d’ingénierie de développement durable.

Les candidats sont invités à répondre avant le 6 avril. La FVM publiera leurs courriers.

 

Marie Gasnier

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum