Menu actualité

Thématiques

Services publics : priorité à l’accessibilité et la proximité, selon un sondage

Publié le 11 avril 2022 à 9h00 - par

L’accessibilité et la proximité figurent en tête des préoccupations des Français en matière de services publics, selon un sondage du collectif Printemps des services publics diffusé vendredi 8 avril 2022.

Services publics : priorité à l'accessibilité et la proximité, selon un sondage

Invités à donner leurs trois priorités pour les services publics, les près de 2 300 sondés ont d’abord plébiscité l’accessibilité, citée par 86 % de l’échantillon, puis la présence sur le territoire (75 %).

« Il y a une diversité de manières de rendre un service public inaccessible », note Arnaud Bontemps, membre du Printemps des services publics – un groupe d’associations, syndicats et collectifs qui vise à placer les services publics « au cœur des échéances électorales de 2022 ».

« Il est inaccessible pour cause de handicap (…), de longues files d’attente, de longs délais de jugement », énumère-t-il auprès de l’AFP.

« L’accessibilité est une préoccupation plus particulièrement présente chez les répondants les plus âgés. Parmi les 60 ans et plus, 9 répondants sur 10 estiment que l’accessibilité des services publics fait partie des trois priorités », est-il encore précisé dans le sondage.

Dans l’échantillon, composé à 60 % d’agents publics, 45 % des sondés considèrent que les services publics se sont « plutôt » dégradés ces dernières années, et 41 % jugent même qu’ils se sont « beaucoup » dégradés.

« Les réponses diffèrent également selon la catégorie socio-professionnelle », indique le Printemps des services publics. « 15 % des cadres ou professions intellectuelles supérieures interrogés estiment que les services publics qu’ils utilisent se sont améliorés lors des dernières années, contre seulement 3 % des chômeurs et chômeuses ».

Les répondants se montrent enfin particulièrement unanimes sur un point : 96 % d’entre eux jugent les débats sur l’avenir des services publics « pas à la hauteur des enjeux ».

« On constate un point de rupture dans trop de services publics : l’hôpital, l’école, la justice… », fait valoir Arnaud Bontemps.

Or « quand on parle des services publics, ou bien on en parle sous l’angle du rabot, ou bien sous l’angle de la fainéantise. On esquive le débat par des périphrases », regrette-t-il.

Le sondage a été réalisé en ligne auprès de 2 266 personnes, via un questionnaire administré entre le 14 février et le 17 mars 2022.

4 % des répondants ont entre 20 et 29 ans, 14 % entre 30 et 39 ans, 18 % entre 40 et 49 ans, 22 % entre 50 et 59 ans et 40 % plus de 60 ans.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022