Menu actualité

Thématiques

La mairie, en tête de la communication locale, selon le septième baromètre Epiceum & Harris Interactive

Publié le 23 novembre 2022 à 10h45 - par

Depuis 2009, le baromètre Epiceum & Harris Interactive analyse la communication des collectivités vers les citoyens. Alors que les moins de 25 ans favorisent le digital, trois personnes sur quatre préfèrent recevoir à domicile les magazines de leur collectivité. L’enquête 2022 propose un focus sur la participation citoyenne.

La mairie demeure le principal émetteur d’information locale pour les citoyens, selon le septième baromètre Epiceum & Harris Interactive de la communication locale*. Près de sept sur dix estiment qu’elle délivre une information crédible, contre seulement 42 % pour le département, 37 % pour l’intercommunalité et 25 % pour l’État et les institutions publiques. Un Français sur deux souhaiterait même que la commune leur fournisse davantage d’informations ; c’est aussi vrai, dans une moindre mesure, pour les autres collectivités et l’État. Cette soif d’information a crû régulièrement depuis 2018 (47 %), passant à 54 % en 2022 – sauf pour les médias des départements, en baisse.

Bulletin municipal, échanges avec les habitants, affichage, événements locaux, télévision locale, sites internet de la collectivité ou d’autres diffuseurs : chaque Français utilise en moyenne dix supports pour s’informer. Soit un de plus qu’il y a deux ans, une hausse particulièrement sensible pour le digital. Mais attention : âge, type et taille du territoire, sexe ou catégorie socio-professionnelle influencent la façon de s’informer. Ainsi, les 18-24 ans consultent davantage les vecteurs digitaux que le papier, tandis que ce dernier (en particulier, le magazine) domine pour les 35 ans et plus. Et, la moitié des habitants de communes de moins de 20 000 habitants échangent avec les élus contre un tiers seulement dans les villes de plus de 100 000 habitants. Il convient donc d’adapter son « mix média » selon les caractéristiques locales.

Trois personnes sur quatre préfèrent toujours recevoir les magazines de leur collectivité dans leur boîte aux lettres, loin devant la réception des informations sur écran, la consultation en ligne ou la distribution en libre-service dans les lieux publics.

Internet, qui stagnait ces dernières années, est à nouveau en hausse, cité par 67 % des répondants. Ils y recherchent en priorité des informations les concernant (86 %) et la possibilité de réaliser des démarches administratives en ligne (85 %). Accomplir de telles démarches est considéré comme très important (42 %, soit + 4 points), encore plus par les cadres (49 %) et professions libérales, ou par les titulaires d’un diplôme supérieur à Bac+2 (48 %).

Les partenaires du baromètre 2022 ont souhaité interroger les Français sur la participation citoyenne, censée pouvoir pallier la désaffection des urnes. Or, si neuf sur dix estiment que c’est une bonne chose, ils ne sont que 55 % à en avoir entendu parler au cours des douze derniers mois – 8 points de moins qu’en 2020. Et seuls 35 % se sentent bien informés sur les concertations citoyennes organisées près de chez eux. Les deux tiers déclarent également ne pas disposer des informations concrètes : thèmes de concertation, modalités de participation, résultats, prise en compte par les décideurs publics. La pédagogie et la communication accompagnant ces dispositifs doivent donc être améliorées afin qu’ils puissent « remédier aux carences de la démocratie représentative », constatent les auteurs du baromètre.

Martine Courgnaud – Del Ry

*Le baromètre 2022 est édité par cinq partenaires : Epiceum, Toluna Harris Interactive, La Poste, le réseau Cap’Com et l’Association des Maires de France (AMF)

Une communication « officielle » plébiscitée

Les supports (papier ou digitaux) des collectivités sont, en moyenne, davantage utilisés pour s’informer sur la vie locale que les supports « non officiels » de même nature :

  • 78 % lisent le journal de la collectivité contre 58  % la presse gratuite ; il avait été supplanté il y a deux ans par le bouche-à-oreille, à l’occasion des confinements,
  • 67 % utilisent le site internet de leur collectivité et 59 % s’informent sur d’autres sites,
  • 57 % consultent les pages officielles de leurs collectivités sur les réseaux sociaux – 45 % pour les pages non officielles.