Albi développe l’agriculture et l’alimentation de proximité en ville

Développement durable

Jardins partagés, rachat de terres agricoles pour installer des maraîchers… : Albi a adopté un plan d’actions destiné à promouvoir l’agriculture urbaine de proximité et inciter les habitants à se nourrir avec des produits locaux.

En se développant, les villes accroissent leur emprise sur les terrains agricoles de proximité, ce qui prive les habitants d’une alimentation locale de qualité. Un constat qui a conduit Albi (Tarn, 51 794 habitants) à développer sur son territoire une activité agricole dynamique, avec divers partenaires : associations, chambres consulaires, établissements d’enseignement supérieur… Objectifs : permettre aux Albigeois de s’approvisionner facilement en produits locaux et favoriser l’installation de maraîchers. Quatre d’entre eux sont désormais installés sur des terrains agricoles rachetés par la ville. Le premier, arrivé en 2014, est aujourd’hui titulaire d’un bail agricole et produit près de quinze tonnes de fruits et légumes chaque année.

Avec l’aide d’associations, la commune met à disposition des habitants différents types de jardins : familiaux, d’insertion, solidaires et partagés. Une vingtaine d’espaces, répartis sur le territoire, qu’ils cultivent pour récolter gratuitement fruits, légumes et plantes aromatiques, et partager des moments d’échange. Dès 1997, deux jardins ont été créés dans un quartier social. Trente-deux parcelles de 145 à 180 m2 y sont louées à des familles résidentes d’Albi non imposables, qui les cultivent pour leur consommation personnelle contre 8 euros par mois, aux termes d’une convention de location. Un règlement intérieur fixe les règles de bonne conduite. Par ailleurs, un jardin d’insertion d’1,4 hectare est géré par une association ; elle emploie seize personnes, jeunes bénéficiaires du RSA et chômeurs de longue durée, pour y cultiver des légumes. Ils produisent une quinzaine de tonnes par an, distribuées à l’épicerie sociale, aux Restos du cœur, aux adhérents sous forme de paniers, et vendus dans un restaurant tenu par des jeunes en insertion.

Par ailleurs, diverses actions sont menées auprès des élèves : potagers créés dans les écoles, sensibilisation à la qualité de l’alimentation quotidienne…

Au-delà du développement de l’agriculture de proximité et des circuits courts d’approvisionnement, la commune fait redécouvrir aux habitants les plaisirs du jardinage et le goût d’une alimentation saine à base de produits de saison, cultivés localement, et renforce les liens sociaux dans certains quartiers avec des espaces de consommation partagés. Planifié pour une période allant de 2017 à 2020, et suivi par un agent dédié, le projet d’agriculture urbaine se poursuivra au-delà. Outre le montant des rachats de terres agricoles (300 000 euros sur l’ensemble du mandat), la commune prévoit d’investir 15 000 euros pour les aménager et allouer des subventions aux associations partenaires.

En limitant le transport des denrées, l’agriculture urbaine contribue à diminuer les émissions de gaz à effet de serre. À terme, la commune souhaiterait aboutir à l’autosuffisance alimentaire, à travers un plan alimentaire territorial, en cours d’élaboration avec l’ensemble des partenaires locaux. Elle souhaite aussi améliorer la sélection des maraîchers, les aider à se professionnaliser, et apprendre à mieux suivre et évaluer l’agriculture de proximité. En novembre 2017, la démarche d’Albi a été récompensée par un Territoria d’Or dans la catégorie « aménagement et urbanisme ».

Martine Courgnaud – Del Ry

Posté le par Martine Courgnaud - Del Ry

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum