Belfort : les biodéchets fournissent l’énergie pour un festival de rock

Développement durable

Le festival des "Eurockéennes" rassemble plus de 100 000 personnes. Les organisateurs valorisent désormais une partie des cent tonnes de déchets ménagers produites en trois jours.

Créé par le conseil général du Territoire de Belfort en 1989, le festival des « Eurockéennes » rassemble entre 90 000 et 125 000 personnes sur le site naturel du Malsaucy, près de Belfort. Depuis 2012, le festival transforme les déchets alimentaires en électricité, par le biais de la méthanisation.

Objectifs : valoriser les déchets du festival en réduisant la part de  l’incinération et sensibiliser les festivaliers au gaspillage alimentaire. En 2014, près de quatre tonnes de biodéchets ont ainsi été collectées, et ont permis de produire 1 350 kilowatts d’électricité réinjectée dans le réseau EDF. L’équivalent de l’énergie nécessaire pour alimenter une grande scène de spectacle pendant quatre heures…

L’opération nécessite une collecte spécifique des déchets alimentaires. Chaque année, le festival produit entre 80 et 120 tonnes de déchets ménagers, dont les restes alimentaires : déchets de cuisine des forains, invendus et denrées périmées, restes alimentaires provenant des trente-cinq stands de restauration. Pour la collecte, des conteneurs spécifiques de 140 litres étaient placés près des stands ; trop vite remplis, selon les forains, qui ont déploré aussi le manque de place pour trier efficacement et l’absence de tri des emballages. Les déchets du « catering » (restauration des techniciens et artistes, 500 à 1 200 repas par jour) étaient également collectés.

La Maison départementale de l’environnement a aidé les organisateurs du festival dans la démarche de sensibilisation au tri et au gaspillage alimentaire, avec des jeunes issus de l’École de la deuxième chance. Un ou deux agents expliquaient aux utilisateurs du self-service le principe de cette collecte et rectifiaient leur geste de tri si nécessaire. Après la collecte, les biodéchets étaient acheminés vers une unité de production de biogaz, à partir du méthane obtenu par la fermentation. Cette entreprise de méthanisation, gérée par Agrivalor, alimente le réseau EDF ; elle produit également de l’engrais agricole et de la chaleur pour une chaufferie locale.

Les animateurs ont diffusé les messages de sensibilisation auprès de 10 000 personnes. L’Ademe Franche-Comté a apporté son expertise à l’opération qu’elle a soutenue financièrement. Le budget s’élève à 11 200 euros (salaires et communication compris), dont 3 360 euros de dépenses nettes pour le conseil général.

Le 5 novembre, le territoire de Belfort a été récompensé par un prix Territoria or dans la catégorie « développement durable ».

Martine Courgnaud – Del Ry

 
Vous avez manqué notre web-conférence consacrée aux Nouvelles politiques déchets : Une source de développement pour les territoires ?. Revivez la web-conférence du 20 novembre 2014, animée par Annick Lacout, experte-conseil en prévention des déchets auprès des collectivités, et coauteure de Pratique du développement durable des territoires, chez Weka.

 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum