Le Comité des régions insiste sur le rôle des collectivités dans le changement climatique

Développement durable

À l’approche de la COP21 à Paris en décembre, le Comité des régions souhaite que l’Europe adopte un « trio gagnant » d’objectifs énergétiques et s’appuie sur les collectivités.

Cet article fait partie du dossier :

La Loi de transition énergétique Voir le dossier

Le Comité des régions (CdR), qui représente les régions et les villes dans l’Union européenne, s’inquiète du manque d’ambition des objectifs énergétiques et climatiques pour 2030 proposés par la Commission européenne (« paquet énergie-climat 2030 »).

Dans un rapport présenté par la conseillère régionale de Provence-Alpes-Côte d’Azur Annabelle Jaeger, les maires et présidents des régions d’Europe demandent donc à l’Union européenne de viser ce qu’ils appellent un « trio gagnant ». Soit : une baisse de 50 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990 – alors que la Commission européenne propose seulement 40 % ; une part d’énergies renouvelables dans la consommation énergétique qui atteigne 40 %, déclinée en objectifs nationaux – contre un objectif européen proposé d’au moins 27 % ; et une amélioration de l’efficacité énergétique d’au moins 40 % par rapport à 2005, obtenue par baisse de la consommation d’énergie primaire – contre un objectif proposé de 30 %.

Ces trois objectifs devraient aider l’Europe à s’approcher d’un bilan carbone neutre d’ici le milieu de siècle, grâce à une réduction de 80 à 95 % des émissions de gaz à effet de serre, selon le Comité des régions. Et éviter un réchauffement catastrophique supérieur à 2°C. Les autorités locales et régionales estiment que ces objectifs permettraient à l’Europe de négocier un accord mondial sur le climat en vue de la Conférence mondiale sur le climat en 2015.

Le rapport insiste également sur le « rôle déterminant des villes et des régions » en matière de politique climatique, de développement des énergies renouvelables et d’efficacité énergétique. Selon Annabelle Jaeger, « plus de 70 % des mesures de réduction, et jusqu’à 90 % des mesures d’adaptation au changement climatique, sont entreprises par les autorités locales ». Il est donc fondamental de les impliquer, notamment pour qu’elles sensibilisent les citoyens aux bénéfices économiques et sociaux de la transition énergétique.

Les membres du comité recommandent par ailleurs que le « paquet énergie-climat 2030 » s’appuie davantage sur les initiatives locales de l’Union européenne, comme la « convention des maires », dans laquelle plus de 5 600 régions et villes d’Europe (du petit village à la métropole) se sont engagées volontairement à réduire leurs émissions de CO2 de plus de 20 % d’ici 2020. Le Comité des régions recommande que cette initiative soit prolongée jusqu’à 2030.

 

Marie Gasnier

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum