Les villes s’engagent pour lutter contre le changement climatique

Développement durable

Les villes, qui supportent la majorité des effets du dérèglement climatique, s’organisent en réseaux. Réunies en sommet mondial pendant la COP21, elles se sont engagées à poursuivre leurs efforts.

Cet article fait partie du dossier :

La Loi de transition énergétique Voir le dossier

Le sommet mondial pour le climat, la COP21, qui se tenait à Paris, s’est achevé le 12 décembre sur l’engagement historique de plus de deux cents pays (195 États plus l’Union européenne) à maintenir l’augmentation de la température mondiale largement en dessous de 2°, et à s’efforcer même de limiter cette augmentation à 1,5°.

L’accord invite les villes « à amplifier leurs efforts et à appuyer des mesures destinées à réduire les émissions et/ou renforcer la résilience » et à « diminuer la vulnérabilité aux effets néfastes des changements climatiques ». Une plateforme dédiée recevra les témoignages et les échanges d’expériences des acteurs non étatiques pour l’action climatique dont les villes font partie.

Parallèlement à la réunion des États, l’Hôtel de Ville de Paris a accueilli un « Sommet des élus locaux pour le climat » le 4 décembre. Il s’agit de la conférence internationale des maires et autorités locales la plus importantes sur ce sujet, avec plus de cinq cents dirigeants locaux présents. Anne Hidalgo, maire de Paris et co-présidente de l’organisation internationale « Cités et gouvernements locaux unis » (CGLU), y a présenté l’une des trois motions politiques, aux côtés des maires de Barcelone et de Dakar.

À la fin du sommet, les gouvernements locaux et régionaux se sont engagés à poursuivre la recherche de mesures d’atténuation et d’adaptation. En tenant leurs travaux pendant la COP21, les dirigeants locaux voulaient s’assurer que leurs voix seraient entendues et que les efforts des villes en matière climatique seraient reconnus. En effet, ce sont elles qui absorbent, presque toujours, les plus gros impacts des phénomènes météorologiques extrêmes liés au changement climatique. Elles souhaitaient prouver qu’elles avaient des solutions et les échanger.

Réseau de 83 villes qui échangent leurs initiatives en matière de climat et organisent notamment le « forum C40 » et les prix « C40 Cities Awards », C40 a profité de l’occasion pour appeler les communes, « vitales pour le succès de tout accord », à poursuivre leurs efforts.

Le réseau a identifié 27 000 actions pour les villes dont 2 300, prioritaires, seraient réalisables à un coût abordable… Si elles étaient toutes appliquées, elles pourraient conduire à réduire l’équivalent des émissions annuelles du Royaume-Uni d’ici 2020. Les villes membres de C40 avaient déjà adopté 10 000 actions entre la conférence de Copenhague en 2009 (COP15) et la COP21.

Lors de la COP21, la maire de Nantes, présidente d’Eurocities, a annoncé que sa ville accueillera une nouvelle réunion mondiale des acteurs non étatiques de la lutte contre le dérèglement climatique du 26 au 28 septembre 2016, « Climate Chance ».

 

Marie Gasnier

 

Pour aller plus loin : consulter les réseaux Local governments for sustanability et le club des 100 villes résilientes

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum