COP21 : la ville de Paris va marcher à l’électricité verte dès janvier 2016

Développement durable

La ville de Paris, ses bâtiments municipaux et son éclairage public vont marcher à l’électricité 100 % verte dès janvier 2016, a annoncé jeudi dernier la maire de la capitale Anne Hidalgo, à trois semaines de la COP21.

Cet article fait partie du dossier :

La Loi de transition énergétique Voir le dossier

La « question énergétique est une question centrale » de la conférence internationale sur le climat (30 novembre – 11 décembre) et Paris se veut « exemplaire », a ajouté l’élue PS, en présentant un plan pour « faire le Paris de la transition énergétique », fort de 800 millions d’euros d’investissements d’ici à 2020.

Ainsi, à l’occasion du renouvellement au 1er janvier 2016 des contrats de fourniture d’électricité, la ville a exigé que 100 % de sa fourniture proviennent du solaire, de l’éolien et de l’hydraulique.

Si le secteur privé doit évidemment prendre sa part, les « bâtiments publics doivent jouer un rôle essentiel », a insisté Mme Hidalgo, en rappelant qu’un plan « Climat-Énergie » était en œuvre depuis 2007 dans la capitale, avec l’objectif de réduire de 25 % ses émissions de gaz à effet de serre.

Grâce à cette électricité 100 % verte, la moitié de l’énergie consommée sera renouvelable dès  2016, dépassant ainsi avec cinq ans d’avance un objectif qui était de 30 % d’ici à 2020.

Toute une série d’initiatives innovantes ont également été dévoilées.

L’Hôtel de Ville va être chauffé ou climatisé en captant les eaux chaudes des égouts ou les eaux froides de la Seine.

20 % du parc des lampadaires et autres 338 000 sources lumineuses de la ville seront éclairés par leds d’ici à 2020.

D’ici à 2018, le fioul sera supprimé des 2 000 chaufferies municipales, substitué par des énergies renouvelables.

Quelque 200 nouvelles écoles vont être rénovées pour réduire leur consommation d’énergie, après une centaine déjà traitées.

La ville cherche aussi des sources d’énergie. Elle a ainsi identifié quelque 100 000 m2 de surfaces où peuvent être posés des panneaux solaires. Une centaine de sites potentiels de géothermie, qui capte la chaleur du sol, ont été repérés.

Expérience originale, un data center sera installé avec ses serveurs informatiques dans le sous-sol de la piscine de la Butte aux Cailles (XIIIe) et, en contrepartie, fournira l’énergie pour chauffer le bassin.

Les villes émettent 70 % des gaz à effet de serre, mais elles sont aussi celles qui « portent des solutions », a résumé Mme Hidalgo, en rappelant que « 1 000 maires » se réuniront à Paris le 4 décembre pour faire entendre leur voix.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2015

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum