ÉcoCités : une centaine d’opérations exemplaires lancées avant 2014

Développement durable

L’État engage 40 millions d’euros (ME), par le biais des investissements d’avenir, pour soutenir les 93 premiers projets innovants d’aménagement durable présentés par les « ÉcoCités ».

Près de quatre Français sur cinq vivent en ville, où sont produites 70 % des émissions de gaz à effet de serre. Dans l’optique de diviser ces émissions par quatre entre 1990 et 2050, et de respecter les engagements européens en matière de climat *, l’État a réservé une part du programme des investissements d’avenir (le Grand emprunt) à la croissance économique durable du territoire : c’est le fonds « Ville de demain », doté d’un milliard d’euros. Une partie de cette somme permettra de soutenir les actions de treize ÉcoCités volontaires (cf. ci-dessous). Dans un premier temps, 93 projets exemplaires, qui présentent un haut niveau d’innovation et de performance environnementale, vont recevoir 33 millions d’euros pour leur lancement immédiat et 7 millions d’euros pour cofinancer des missions d’ingénierie.

La Caisse des dépôts, qui gère le fonds « Ville de demain », aide les collectivités à monter les projets. Elle a mis des crédits d’ingénierie à disposition des ÉcoCités, pour cofinancer des études ou des missions d’assistance à maîtrise d’ouvrage, par le biais de ses directions régionales. Ces opérations complexes, qui seront lancées dans les deux ans, couvriront différents secteurs : conception urbaine (aménagement durable, bâtiments exemplaires…), ressources et énergie (gestion des ressources, recyclage des matériaux, production d’énergie renouvelable, réseaux « intelligents »…), mobilité (information des voyageurs, autopartage, stationnement mutualisé…).

Exemples : de nouveaux systèmes d’éclairage public, capables d’adapter leur puissance à la demande et au nombre de passants, permettront de limiter la « pollution lumineuse » nocturne et diminueront la consommation énergétique. À Marseille, un dispositif de thalassothermie utilisera la température de la mer pour chauffer et climatiser les immeubles. Metz étudie comment mutualiser les besoins en énergie entre différents bâtiments. Quant à Plaine-Commune, elle teste le captage et la réutilisation des eaux de pluie, autour desquels seront organisés les futurs espaces publics ; cela permettra, en outre, de conserver l’activité de maraîchers au sein de la ville. Une cinquantaine d’autres projets ont été présélectionnés, pour un montant d’investissement de l’État de 150 millions d’euros. N’étant pas réalisables en l’état, ils doivent être revus, en fonction des recommandations du comité de pilotage « Ville de demain ». Les treize ÉcoCités devront présenter leur dossier modifié entre décembre 2011 et février 2012.

* Dans le « paquet énergie climat », les pays européens veulent, d’ici 2020, utiliser 20 % d’énergies renouvelables, réduire leurs émissions de CO2 de 20 %, et accroître l’efficacité énergétique de 20 %.

Treize ÉcoCités

Les ÉcoCités ont été sélectionnées en 2009, dans le cadre du plan d’action « Ville durable » : Bordeaux, Clermont-Ferrand, Grenoble, Marseille, Metz, Montpellier, Nantes – Saint-Nazaire, Nice, pays Haut-Val d’Alzette (Moselle), Plaine-Commune (Seine-Saint-Denis), Rennes, Strasbourg – Kehl, territoire de la Côte ouest – La Réunion. Reproductibles, les projets urbains innovants qu’elles développeront serviront d’exemples à un modèle urbain d’avenir.

Marie Gasnier

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum