Le Cese incite les régions à cartographier les emplois liés à la biodiversité

Développement durable

Le Conseil économique, social et environnemental estime que les régions devraient faire un état des lieux et des besoins en emploi de la biodiversité, indispensables pour la transition écologique.

Quelque 76 000 emplois seraient liés à la biodiversité, dont 28 000 lui sont spécifiquement consacrés et 48 000 contribuent à sa préservation. Toutefois « l’état des lieux est loin d’être achevé », précise le Conseil économique, social et environnemental (Cese) dans un avis adopté le 14 septembre. En particulier, on ne connaît pas précisément la répartition de ces emplois en fonction des employeurs (État, collectivités, entreprises, associations). Or, intégrer la biodiversité dans les emplois, métiers et pratiques des secteurs d’activité représente un enjeu important pour les faire évoluer et adapter les formations.

Le rôle des collectivités est fondamental pour maintenir la biodiversité et réussir la transition écologique, en s’appuyant éventuellement sur des compétences externes et en dégageant les financements correspondants. Certaines régions ont fait réaliser des études sur les métiers de l’économie verte et/ou les emplois « verts et verdissants », qui permettent d’estimer ces emplois verts, par exemple, à 770 000 en Île-de-France, 400 000 en Rhône-Alpes, 270 000 en Provence-Alpes-Côte d’azur…

Compétentes en matière de biodiversité, d’emploi, de formation et de développement économique, les nouvelles régions doivent également élaborer une stratégie régionale pour la biodiversité. Le Cese estime qu’elles devraient chercher à développer, à leur échelle, les emplois favorables à la biodiversité, en consultant notamment les conseils économiques et sociaux régionaux (Ceser) et en s’inspirant des études menées dans d’autres régions.

L’emploi de la biodiversité pourrait ainsi être inclus dans les stratégies de développement et d’innovation définies par le schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII). Réaliser des cartographies des emplois, existants et en mutation sur le territoire, pourrait aussi aider les comités régionaux de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelle (Crefop) et les comités sanitaires interprofessionnels régionaux pour l’emploi et la formation professionnelle (Coparef) nouvellement constitués.

Cet état des lieux, associé à une vision prospective territorialisée de l’évolution des métiers, des besoins et des évolutions prévisibles en matière d’emploi et de compétences, faciliterait la réflexion stratégique régionale. En effet, même si toutes les régions doivent anticiper les transitions, la situation des territoires n’est pas identique : les besoins ne sont pas les mêmes au Nord et au Sud, sur le littoral ou en montagne, les pressions du réchauffement climatique sur la biodiversité n’ont pas partout la même intensité ni le même impact, les zones fragiles ne sont pas équitablement réparties et ne courent pas les mêmes risques…

Le Cese émet des propositions pour mieux identifier et structurer les métiers de la biodiversité.
 

Marie Gasnier

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum