Les professionnels du tourisme réclament à nouveau le zonage pour les congés d’été

Éducation

Les professionnels du tourisme ont à nouveau réclamé lundi au ministre de l’Éducation Benoît Hamon, qui prévoit d’assouplir la réforme sur les rythmes scolaires, l’instauration d’un zonage dans le cas où la durée des vacances estivales passerait de 8 à 6 semaines.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

Nommé début avril à l’Éducation, Benoît Hamon tente actuellement de « dépassionner » le débat autour de la réforme des rythmes scolaires en proposant plusieurs « assouplissements », avec notamment la proposition « d’alléger les semaines en raccourcissant les vacances scolaires ». Vincent Peillon, son prédécesseur rue de Grenelle, avait préconisé en octobre la mise en place de vacances d’été d’une durée de six semaines au lieu de huit, réparties en deux zones.

« Les professionnels du tourisme rappellent que la détermination des vacances scolaires, si elle répond à des impératifs pédagogiques, a également des impacts importants sur l’emploi touristique français, qui représente 2 millions d’emplois directs et indirects », indiquent-ils dans leur communiqué. Pour cette raison, ils réclament, comme ils l’avaient déjà fait en septembre dernier, que le gouvernement accompagne « l’éventuelle réduction des vacances estivales par l’instauration d’un zonage afin de pouvoir accueillir et recevoir les touristes dans les meilleures conditions ». Ils demandent également le maintien des « week-ends de 2 jours pleins pour les activités en famille ». Enfin, les professionnels du tourisme souhaitent voir positionnées « les vacances d’hiver en février et les vacances de printemps au mois d’avril ».

Le communiqué est signé par l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH), le Syndicat national des agents de voyage (SNAV), Domaines skiables de France, le Syndicat national des résidences de tourisme (SNRT), le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) et le Syndicat des entreprises du tour operating (SETO). L’UMIH, qui représente 80 000 entreprises de l’hôtellerie et de la restauration, avait déploré début avril à l’occasion de la formation du gouvernement Valls « l’absence d’un ministère de plein exercice » dédié exclusivement au secteur « clé » du tourisme.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

 

En téléchargement gratuit pour approfondir ce sujet, Weka vous propose :

Livre blanc

Rythmes scolaires : l'expérimentation des 4,5 jours à l'école Sanquer, à Brest (2009-2013)

Téléchargez

Comment financer la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, comment organiser les temps et les espaces, comment recruter et former les personnels d’animation, comment réorganiser les transports scolaires, la cantine…, autant de questions qui ont dicté le choix de 80 % des communes d’attendre la rentrée de 2014 pour appliquer la réforme des rythmes scolaires.

Petit retour en arrière. En 2008, Xavier Darcos annonce le retour à la semaine de 4 jours. À Brest, au bout d’une année, les élus locaux emmenés par le maire de la ville proposent l’expérimentation de la semaine de 4,5 jours à l’occasion d’une réunion bilan. L’école élémentaire Sanquer et le Patronage laïque répondent à cette proposition. Vote unanime du conseil d’école mais seulement 51 % des parents y étaient favorables. L’expérimentation de la semaine de 4,5 jours débute donc à l’école Sanquer en septembre 2009. Elle concerne 7 classes, soient 170 élèves.

Ce dossier de la collection « Les Focus Weka » offert gracieusement consacre les témoignages des principaux partenaires : concertation, échange, confiance, enthousiasme, savoir-faire en sont les mots-clés. Avec comme unique et constante préoccupation, le bien-être des enfants.

Au sommaire de ce numéro :

  • Entretien avec Marc Sawicki, adjoint au maire en charge de la politique éducative locale, à Brest
  • Entretien avec Yann Guével, adjoint au maire en charge des équipements socio-culturels et du patrimoine, à Brest
  • Entretien avec Philippe Le Bian, directeur de l’école élémentaire Sanquer, à Brest
  • Entretien avec Patrick Belloeil, responsable du Patronage laïque municipal Sanquer
  • Entretien avec Paul Monnoyer, responsable du projet éducatif local de Brest
  • Pour en savoir plus

Bonne lecture,

Soraya Manar (smanar@weka.fr)

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum