Les rythmes scolaires actuels sont-ils vraiment adaptés ?

Éducation

Le calendrier scolaire actuel – journalier, hebdomadaire et annuel – est déséquilibré, tel est le constat partagé par tous. L’Andev analyse la situation pour Weka.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

La journée scolaire est trop longue. Elle contient un grand nombre d’heures de cours sur un temps ramassé avec :

  • 6 heures d’enseignement sur une journée, soit l’existence de séquences d’école conventionnelles, fractionnées et concentrées ;
  • une absence d’adéquation des temps scolaires, péri et extra-scolaires (saucissonnage et cloisonnement des temps) ;
  • une organisation qui ne prend pas en compte les rythmes naturels et réguliers des apprentissages de l’enfant.

La semaine scolaire est défavorable aux apprentissages avec :

  • 4 jours de classe : lundi, mardi, jeudi, vendredi (exceptionnellement le mercredi matin, par dérogation) ;
  • 24 heures d’enseignement par semaine et 4 heures d’accompagnement éducatif dans les écoles et collèges des réseaux d’éducation prioritaire et 2 heures d’aide personnalisée, réparties en tranche de demi-heure ou d’une heure, pour les enfants rencontrant des difficultés passagères, quasi systématiquement dispensées lors de la pause méridienne ou en fin d’après-midi.

L’année scolaire est construite de manière déséquilibrée avec :

  • 144 jours de classe (le calendrier est concentré sur un nombre de jours limité, alors que la moyenne de l’OCDE est de 187 jours) ;
  • 864 heures de cours et un minimum de 10 demi-journées de stage de remise à niveau pour les enfants de cycle 3 en difficultés et 72 heures d’aide personnalisée, soit le volume horaire annuel le plus important de l’OCDE ;
  • une alternance de 7 semaines travaillées et 2 semaines de congés, sur l’ensemble des petites vacances depuis septembre 2012 ;
  • un étalement des vacances d’hiver et de printemps, dans le cadre d’une répartition des académies, par zone, induisant des disparités de périodes scolaires entre deux périodes de vacances ;
  • des congés estivaux de 9 semaines, situant la France dans le peloton de tête de l’Europe.

Cet aménagement du temps scolaire a été dénoncé par plusieurs rapports successifs, les premiers étant issus de l’Inspection Générale de l’Éducation nationale en 2001, 2002 puis 2009, qui émettent les réserves les plus vives sur la poursuite de l’expérience de la semaine de 4 jours qui est le plus souvent mise en place pour des motifs privés et de confort de vie familiale. Un rapport de l’Académie de Médecine dénonce, en janvier 2010, l’effet néfaste de la semaine de 4 jours sur la santé de l’enfant. La Cour des Comptes a aussi produit un rapport sur ce sujet en mai 2010. La même année, la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale, au regard d’une comparaison internationale, propose une réorganisation de la journée et de la semaine scolaire, dont la plupart des items sont repris par la Conférence nationale sur les rythmes scolaires en juillet 2011.

Le dernier rapport date d’octobre 2012 et fait partie de la concertation sur la refondation de l’école, installée cet été par le gouvernement Hollande. Il préconise un nombre d’heures de cours qui ne doit pas excéder 5 heures par jour, une pause méridienne de 1 heure et demie, un accueil des enfants jusque 16 heures et demie voire 17 heures avec, au-delà des horaires d’enseignement, une journée qui doit comprendre une aide aux devoirs et des activités culturelles, le retour à 9 demi-journées, la demi-journée supplémentaire pouvant être le mercredi, avec possibilité de dérogation des communes, l’allègement des vacances d’été de 1 à 2 semaines, l’alternance 7/2 pour les petites vacances, le zonage total ou sa suppression pour les petites vacances.

Il est à noter que les membres du rapport préconisent d’inscrire sa mise en œuvre dans les Projets éducatifs locaux, qui pourraient être inscrits dans la loi.

Anne-Sophie Benoit, présidente de l’Andev

Pour en savoir plus :

Livre blanc

Connaître les problématiques liées à la chronobiologie

Téléchargez

L’aménagement des temps et des activités de l’enfant constitue un enjeu de société important (circulaire n° 98-144 du 9 juillet 1998 relative à la mise en place du contrat éducatif local et des rythmes périscolaires). En effet, au cœur de cette question, plusieurs dimensions se croisent :

  • l’étude des rythmes biologiques (chronobiologie) et de la chronopsychologie des enfants ;
  • l’emploi du temps au cours de la journée d’école ;
  • l’organisation de la semaine scolaire ;
  • l’organisation de l’année scolaire et la place des vacances ;
  • le rythme de vie des parents qui travaillent ;
  • la prise en compte de ces éléments par les collectivités locales (bureaux des temps).

Comment concilier une organisation du temps scolaire centrée sur le mieux-être des enfants, les nouvelles formes de travail avec horaires flexibles et variables pour les parents et les contraintes économiques saisonnières qui régissent l’activité des communes ?

Téléchargez gratuitement la fiche « Connaître les problématiques liées à la chronobiologie » pour découvrir les réponses à ces questions.

Cette fiche extraite du service documentaire L’action éducative en pratique vous est offerte par les Éditions Weka.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum