Vincent Peillon et les rythmes scolaires : il faut que toutes les écoles soient aux 4,5 jours à la rentrée 2014

Éducation

Vincent Peillon a déclaré jeudi qu’il fallait que toutes les écoles soient à la semaine de 4,5 jours à la rentrée 2014, estimant qu’accorder encore un délai à certaines communes serait « un an de plus de perdu pour les enfants ».

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

En 2012, François Hollande avait annoncé devant le congrès des maires de France la possibilité pour certaines communes de retarder la mise en place de la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014. En septembre 2013, 17 % des communes scolarisant 22 % des écoliers du public ont renoué avec la semaine de 4,5 jours.

À la question de savoir si le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, allait devant le prochain congrès de maires accorder encore un peu plus de temps pour mettre en œuvre la réforme, le ministre de l’Éducation nationale a répondu sur RMC/BFMTV : « Mais le temps, nous l’avons déjà donné ». Quant à savoir si toutes les écoles seront aux 4,5 jours à la rentrée 2014, il a rétorqué « mais il le faut ! », demandant « que la France reprenne ses esprits ».

« Je donnerai le vrai bilan de cette réforme » trois mois après sa mise en place « quand les remontées seront globalement arrivées et on verra que ce n’est pas ce qu’on entend, c’est globalement très positif », a-t-il assuré, reconnaissant « des difficultés » sur la maternelle : la sieste, le rapport avec les parents, la transition entre les activités, distinguer ce qui est scolaire et périscolaire. « Nous allons faire des recommandations, cela ne suppose pas du tout de changer le décret » mais de rappeler des « pratiques parfois de bon sens », a dit le ministre.

Des manifestations et grèves contre la réforme des rythmes sont prévues la semaine prochaine. Moins d’un mois avant la publication de l’étude Pisa, publiée tous les trois ans par l’OCDE et qui compare les performances des systèmes éducatifs, M. Peillon a dit que « le déclin » de la France « continue, c’est pour ça qu’il faut refonder l’école française, c’est ce que nous sommes en train de faire ». Interrogé sur la place de la France dans cette étude, il a répondu : « Je n’ai pas d’information, mais les informations qui circulent ne sont pas positives et elles ne sont pas surprenantes », rappelant que la droite avait supprimé 80 000 postes d’enseignants en cinq ans et supprimé la formation des maîtres, rétablie à cette rentrée.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum