Jean-Marc Ayrault pour l’élection des dirigeants des métropoles au suffrage universel direct en 2020

Élus

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault souhaite qu’en 2020, les dirigeants des métropoles soient élus au « suffrage universel direct » afin d’asseoir leur « légitimité démocratique », dans un entretien à La Gazette à paraître le 15 avril.

Cet article fait partie du dossier :

ÉLECTIONS MUNICIPALES : VOS 100 PREMIERS JOURS ! Voir le dossier

Jean-Marc Ayrault déclare, dans cette interview entièrement consacrée à la réforme de la décentralisation adoptée mercredi 10 avril en Conseil des ministres, que « la grande innovation de cette réforme, c’est l’instauration de métropoles dans les plus grandes agglomérations ainsi qu’à Paris, Lyon et Marseille ».

Selon le Premier ministre et ancien  maire de Nantes, qui deviendra elle aussi une métropole grâce à la réforme, « à terme, l’idée est de s’inspirer de l’exemple lyonnais, c’est-à-dire de mutualiser et de fusionner au maximum ». Il est prévu que la métropole de Lyon assure également sur son périmètre les compétences du conseil général. « L’objectif est que ces métropoles jouent un rôle fort d’entraînement du territoire. J’ai une longue expérience à Nantes et je sais combien elles peuvent dynamiser tout un territoire (…) », complète Jean-Marc Ayrault.

Interrogé sur le mode d’élection des responsables des métropoles, le chef du gouvernement rappelle qu' »en 2014, le fléchage sera opérant », de sorte que l’électeur qui élira le conseil municipal élira en même temps, sur le même bulletin de vote, les conseillers métropolitains et, plus généralement, communautaires.

« La question du suffrage universel direct sans fléchage pour 2020 sera posée, à partir du moment où les compétences, les dépenses et les investissements de ces métropoles seront renforcés. Nous souhaitons une légitimité démocratique. Si des amendements en ce sens sont présentés au cours du débat, le gouvernement les accueillera avec bienveillance », affirme Jean-Marc Ayrault.

Il estime aussi que « les petites intercommunalités de circonstance, en Île-de-France, posent problème », ce qui explique le seuil minimal prévu par la réforme pour en constituer (300 000 en petite couronne autour de Paris, 200 000 dans la zone dense de la grande couronne).

Jean-Marc Ayrault confirme enfin le calendrier parlementaire pour les deux premiers textes de la réforme : « ce printemps » et « à l’automne » respectivement. Il annonce que « la dernière partie » – la réforme comporte trois projets de loi – viendra « fin 2013 – début 2014 » au Parlement.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum