Musée Soulages: le maire de Rodez regrette le manque d’aide de l’État

Élus

Le maire de Rodez, Christian Teyssèdre (PS), a déploré jeudi 29 mai « l’absence totale » d’aide de l’État au fonctionnement du musée Soulages, labellisé « musée de France », que le président François Hollande inaugurera vendredi 30 mai 2014.

« L’État ne donne pas un centime pour le fonctionnement des trois musées de notre ville auxquels il a accordé le label musées de France », a expliqué à l’AFP M. Teyssèdre, évoquant le musée Soulages, le musée des beaux-arts Denys-Puech et le musée d’histoire et d’archéologie Fenaille abritant une collection unique de statues-menhirs.

Le maire a pointé « des inégalités territoriales »en disant : « Ici, à Rodez, les musées de France sont financés à 100 % par le contribuable local pour leur fonctionnement, tandis que ceux qui ont ce statut à Paris sont financés par l’État. » Alors M. Teyssèdre prévoit de dire au chef de l’État qu’il ne comprend pas « pourquoi on aide les musées de France dans la capitale et pas dans nos territoires ruraux ».

L’élu socialiste reproche aussi à l’État d’avoir « piqué » à sa ville « 6 % de dotation globale de fonctionnement » pour 2014, en application de la loi de finances. « Je dirai à François Hollande qu’on veut bien participer à l’effort de redressement national mais qu’une telle baisse d’un coup, c’est trop ! Les frais de personnel augmentent et les attentes sont importantes parce qu’il y a une augmentation de la pauvreté et de la précarité. »

Le projet du musée Soulages – d’un coût de 25 millions d’euros TTC – a été principalement porté par la communauté d’agglomération du Grand Rodez. L’État a apporté 4 millions, de même que la Région Midi-Pyrénées, tandis que le département de l’Aveyron a donné 2 millions. Le projet avait été lancé il y a dix ans par le précédent maire, Marc Censi (UMP). M. Teyssèdre l’avait repris à son arrivée à la mairie, en 2008. « Tout le monde nous dit que c’est un beau musée. Mais on l’avait lancé quand il n’y avait pas la crise et on se retrouve à devoir le faire fonctionner en temps de crise : il faut qu’on assume et qu’on ne compte que sur nous », a dit le maire, estimant à « 1,2 million d’euros le coût de fonctionnement » annuel de l’établissement.

Dans l’Aveyron – seul département de Midi-Pyrénées présidé par un élu de droite – M. Teyssèdre avait été largement réélu à la mairie de Rodez en mars, alors que la gauche perdait Millau et Decazeville.

Le conseiller municipal de Rodez Jean-Louis Chauzy (PS), président du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser), a publié de son côté une tribune appelant à « créer une vraie solidarité entre les collectivités » pour ne pas laisser Grand Rodez (54 000 habitants) payer seul la facture du fonctionnement du musée Soulages.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum