Plus de 60% des présidents d’agglomération issus de la droite ou du centre

Élus

Plus de six présidents d’agglomération sur dix sont membres de la droite ou du centre, à l’issue du renouvellement des exécutifs communautaires consécutifs aux élections municipales, selon un décompte définitif de l’Association des communautés de France (AdCF) publié mercredi 7 mai.

Cet article fait partie du dossier :

ÉLECTIONS MUNICIPALES : VOS 100 PREMIERS JOURS ! Voir le dossier

« Les élus issus des formations politiques de l’opposition nationale (UMP, UDI, MoDem, divers droite…) sont désormais majoritaires (62,8 %) parmi les présidents d’agglomération. Le rapport était inverse lors du précédent mandat », affirme l’AdCF dans un communiqué.

« La gauche préserve en revanche un léger avantage au sein des futures métropoles », précise-t-elle.

Plus d’une agglomération sur deux a changé de président (51 %). Dans près d’un quart des agglomérations (23 %), ceci se traduit par un changement de sensibilité politique de la présidence, très majoritairement de la gauche vers la droite.

La France compte 242 intercommunalités de statut urbain (communautés d’agglomération, urbaines et métropole). Les conseil communautaires exercent des compétences dépassant de loin celles des communes qui les constituent, surtout dans les concentrations urbaines les plus peuplées : développement économique, aménagement de l’espace, habitat-logement, traitement des déchets, voirie et assainissement, parfois transports.

Dans la majorité des cas, les présidents d’agglomération sont les maires de la ville centre (52 %). 18 % sont adjoints ou conseillers municipaux de la ville centre. 30 % sont maires ou élus d’une autre commune de l’agglomération.

Dans un petit nombre d’agglomérations, le président est d’une couleur politique opposée à celle de la ville centre. Ainsi le président de la communauté d’agglomération Argenteuil-Bezons est le socialiste Philippe Doucet, alors que le maire d’Argenteuil est l’UMP Georges Mothron. À Grenoble, le maire EELV Éric Piolle a conquis de haute lutte la mairie face au socialiste Jérôme Safar, mais c’est le socialiste Christophe Ferrari qui préside la communauté d’agglomération.

La féminisation des exécutifs communautaires demeure encore faible. Seules 6 % des agglomérations (15 sur 242) sont présidées par une femme.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum