Un « plan de simplification des normes » en décembre

Élus

Le gouvernement validera en décembre « un plan de simplification et d’allègement des normes applicables aux collectivités et aux entreprises », afin de favoriser « la compétitivité » de l’économie et de faciliter la tâche des élus locaux, a-t-on appris à l’issue du Conseil des ministres réuni mercredi 31 octobre.

Au cours de ce Conseil, Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation, et de la Fonction publique a annoncé dans une communication la création d’un « comité interministériel pour la modernisation de l’action publique », présidé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et comprenant tous les ministres de plein exercice et le ministre délégué au Budget.

Ce comité, qui existait de manière informelle depuis plusieurs mois sous la forme d’un « séminaire », se réunira « tous les trimestres », selon Mme Lebranchu et pour la première fois « au mois de décembre ».

À cette occasion, le comité « adoptera un plan de simplification et d’allègement des normes applicables aux collectivités et aux entreprises, en lien avec le séminaire sur la compétitivité » que M. Ayrault réunira le 6 novembre.

La simplification des normes est un des chevaux de bataille des élus, toutes tendances politiques, qui ont dénoncé lors des « états généraux de la démocratie territoriale » début octobre « l’inflation » en ce domaine, qui génère selon eux, outre une perte d’énergie, des coûts supplémentaires mis à la charge des communes, départements et régions. Cela va de la réglementation hyper-détaillée des fouilles archéologiques à la taille des panneaux de basket sur un terrain municipal.

Cette revendication de simplification est également une ancienne patronale, dans les domaines s’appliquant aux entreprises. Lors de sa première séance, le comité interministériel arrêtera aussi « un programme de simplification des démarches administratives ». « Un baromètre indépendant de mesure de satisfaction des usagers sera mis en place dès janvier 2013 », a-t-on indiqué de source officielle, sans plus de précision.

Le comité aura aussi à son ordre du jour en décembre la définition de « la politique de rationalisation des agences et des opérateurs » publics, où le rythme de croissance des dépenses de fonctionnement est supérieur à la moyenne du secteur public, selon le gouvernement.

Le Conseil des ministres a d’autre part avalisé la création d’un secrétariat général pour la modernisation de l’action publique, placé sous l’autorité du Premier ministre et qui sera dirigé par Jérôme Filippini, conseiller maître à la Cour des comptes.  Il s’agit, selon le communiqué du Conseil des ministres, de « regrouper l’ensemble des services en charge de la politique de modernisation, jusqu’ici dispersés ».

D’après la même source, « les services publics doivent contribuer à la fois au maintien du modèle social français, au redressement des finances publiques et à la compétitivité de l’économie ».

Le Journal officiel de mercredi publie deux décrets annonçant la création du secrétariat général ainsi que celle du comité interministériel de l’action publique. Au côté de Jérôme Filippini, Serge Bossini aura le titre d’adjoint au secrétaire général pour la modernisation publique.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum