À Mayotte, le conseil départemental conserve « un effectif pléthorique »

Fonction publique

Le conseil départemental de Mayotte a validé mardi 30 mai un rapport relatif au budget général en 2016 mentionnant une masse salariale portée à 115 millions d’euros sur 295 millions de budget général, en contradiction avec les recommandations de la Chambre régionale des comptes.

Épinglé en janvier 2016 par la Chambre régionale des comptes (CRC), le Conseil départemental conserve « un effectif pléthorique » selon un rapport de la CRC qui met en exergue l’importance « des dépenses de personnel, à hauteur de 45 % » à Mayotte, contre  » 21,2 % pour les autres départements et 18,2 % pour les régions ».

La recommandation principale de la CRC, à savoir le gel de la majoration de traitement à 30 % des agents du département et la limitation des charges de personnel à 104 millions d’euros, n’a pas été suivie par le conseil départemental.

Le département affiche ainsi en 2016 un coefficient de rigidité structurelle correspondant aux dépenses non compressibles de 53 % « sachant que le seuil d’alerte est à 50 % », a précisé mardi le directeur des finances, Vita Ouirdani, lors de l’assemblée plénière.

Ben Issa Ousséni, vice-président en charge des finances, a reconnu que « la masse salariale représente une part très importante du budget » et espère que cette dépense sera bientôt maîtrisée puisque cette année « marque le terme de l’évolution de l’indexation », désormais à 40 % pour l’ensemble des agents.

En outre-mer, les fonctionnaires bénéficient d’une majoration de leur traitement brut, justifiée notamment par le différentiel de coût de la vie avec l’Hexagone et pour compenser l’éloignement de la métropole. Cette majoration est de 53 % à la Réunion, et de 40 % en Guadeloupe, Martinique et Guyane.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum