« Trouver des animateurs sachant faire des choses un peu folles de façon raisonnable »

Fonction publique

Entretien avec Michael Corcolle, coordinateur périscolaire/extrascolaire à Paris, secouriste fondateur de secourisme-pratique.com et co-auteur de Diriger et gérer un accueil de loisirs.

Weka : Michael Corcolle, quelles places prennent hygiène et sécurité parmi les préoccupations des équipes de centres de loisirs ?

Michael Corcolle : C’est l’un des grands aspects de la fonction de directeur, sa mission prioritaire, car rien ne peut être fait tant que la sécurité n’est pas assurée. Cela implique aussi de la pédagogie puisque est inclue la sécurité affective : il faut que les enfants soient occupés, valorisés, de façon à se sentir bien.

Les impératifs de sécurité sont généralement bien pris en compte, voire trop. Si le souci de sécurité des enfants a toujours été pris en compte, la crainte des réactions disproportionnées en cas d’accident – pas toujours prévisibles – peut rendre les animateurs frileux, jusqu’à l’obsession sécuritaire. Sachant qu’un enfant a besoin de courir, de sauter, de se salir, etc.

Pour résumer, avant, il fallait souvent que le directeur canalise des animateurs casse-cou, alors qu’aujourd’hui, il est presque impossible de trouver des animateurs sachant faire des choses un peu folles de façon raisonnable. Beaucoup d’équipes s’autocensurent en prétextant des interdits qui n’existent pas. L’exemple de la pâtisserie est le plus flagrant. Beaucoup d’animateurs sont persuadé que c’est interdit alors qu’il n’en est rien.

Weka : Comment éviter les accidents ?

Michael Corcolle : Les centres de loisirs implantés dans les écoles bénéficient de l’endroit avéré comme le plus sûr qui puisse exister.

Ensuite, plusieurs facteurs déclencheurs peuvent être évités : l’écart d’âges entre les enfants. Plus il est grand, plus il y a de risques. Limiter cet écart permet de réduire ces risques. Mais aussi le mauvais agencement des locaux, qui peut entrainer des accidents de circulation dans les escaliers, les couloirs. Parmi les activités sportives, causant généralement fractures ou entorses, le roller est une activité assez « cassante » mais peu pratiquée. Les bagarres, elles, ne causent que rarement des blessures nécessitant d’aller à l’hôpital.

Organiser les déplacements, éviter les croisements entrées/sorties de cantine, bien réfléchir à la circulation, et faire remonter les problèmes liés aux locaux permettent de limiter les risques.

Weka : Que faire en cas d’accident ?

Michael Corcolle : D’abord prodiguer les premiers soins. Penser lors du recrutement à avoir au moins un animateur qui y soit formé, même si ça n’est pas obligatoire en accueil de loisirs.

Ensuite, appeler le 15, qui décidera de la prise en charge adéquat. Globalement, les équipes d’animateurs sont bien réactives. Depuis quelques années, la formation et la sensibilisation ont largement été diffusées parmi eux.

Weka : Quels sont donc les apports de Diriger et gérer un centre de loisirs, auquel vous avez participé ?

Michael Corcolle : Des conseils pratiques issus du quotidien, et vécus, donc plausibles. Concernant le secourisme, des conseils concrets qui ne remplacent certes pas une formation, mais constituent un bon relai, une transposition dans le contexte des CLSH.

On est totalement dans l’action, décrite étape par étape, adaptée au métier, avec par exemple une foire aux questions qui reprend les principales interrogations posées sur le net, mais aussi les erreurs courantes à éviter, comme appeler les parents plutôt que les secours, ou donner à ces derniers de mauvaises coordonnées, ce qui peut leur faire perdre un temps précieux, etc.

Livre blanc

Alerter, secourir

Téléchargez

Bien que les accueils de loisirs et les écoles soient des lieux extrêmement sûrs dans lesquels les enfants sont, d’un point de vue statistique, plus en sécurité que n’importe où ailleurs, il est important que les animateurs soient capables de réagir en cas d’accident.

Qui prévenir et par quels moyens ? Quelles sont les étapes indispensables à respecter pour éviter d’aggraver l’état de la victime ?

Si rien ne remplace une formation de premiers secours, on récapitule ici les conduites à tenir en général, et le mode de prise en charge d’un accident dans la situation particulière d’un accueil de loisirs.

Cet extrait du service documentaire Diriger et gérer un accueil de loisirs vous est offert par les Éditions Weka.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum