Le corps de l’inspection générale des affaires sociales du Ministère du travail, de l’emploi et de la santé sont ouverts à la mobilité.

Fonction publique

Les décrets n°2011-931 du 1er août 2011 portant statut particulier du corps de l’inspection générale des affaires sociales et n° 2011-935 du 1er août 2011 qui fixe l’échelonnement indiciaire applicable aux membres du corps de l’inspection générale des affaires sociales permettent aux fonctionnaires des autres fonctions publiques de catégorie A d’être accueillis en position de détachement ou de mise à disposition dans le corps de l’inspection générale des affaires sociales.

Peuvent être nommés inspecteurs généraux des affaires sociales, les fonctionnaires de catégorie A relevant, notamment, de la fonction publique territoriale, appartenant à un cadre d’emplois comportant un échelon terminal doté au minimum de l’indice 1015 et justifiant d’au moins vingt années de services publics et de l’exercice pendant au moins deux ans de fonctions de responsabilité supérieure dans le champ des politiques sociales.

Cette durée est ramenée à douze ans pour les médecins et les pharmaciens. Peuvent être nommés inspecteurs de 1ère classe les fonctionnaires de catégorie A relevant, notamment, de la fonction publique territoriale, appartenant à un cadre d’emplois comportant un échelon terminal doté au minimum de l’indice 1015 et justifiant de huit années de services publics .

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4 Loi Vie locale Intercommunalité

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #4

    30/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Tous les articles juridiques