Pompiers : la Cour des comptes épingle l'accroissement des dépenses

Fonction publique

La Cour des comptes épingle jeudi l’accroissement « mal maîtrisé » des dépenses des services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) en hausse de 4,8 % par an entre 2002 et 2010, et dénonce de nombreuses anomalies susceptibles de détériorer l’image des pompiers.

Elle préconise un recours accru au sapeurs-pompiers volontaires, plutôt qu’aux pompiers professionnels, beaucoup plus chers. La Cour des comptes et les chambres régionales des comptes (CRC) ont passé au crible, dans un rapport, le fonctionnement de 50 des 98 SDIS de France, et des brigades de Paris et Marseille, composées de militaires.

« Les charges de personnel constituent la principale cause d’augmentation des dépenses » avec un nombre de pompiers professionnels passés en 8 ans de 33 727 à 40 302 (+ 19 %). Les personnels administratifs sont passés sur cette période de 7 661 à 11 123 soit une augmentation de 45 % « ce qui parait élevé », écrit la Cour.

La France compte 250 000 pompiers, dont 80 % de volontaires, et les dépenses des SDIS ont représenté 4,74 milliards d’euros en 2010, soit 79 euros par an en moyenne par habitant. Ce montant tombe à 42 euros par an dans l’Aube mais grimpe à 161 euros en Haute-Corse, département touché par les feux de forêt mais où de nombreuses anomalies sont constatées. Les activités des SDIS ont été départementalisées depuis 2001.

La Cour insiste sur le surcoût provoqué par le trop grand recours à des pompiers professionnels pour des gardes de 24 heures (G24) alors que l’appel à des astreintes de pompiers volontaires permettrait de grosses économies, une piste qui devrait provoquer la colère des syndicats de pompiers.

La mobilisation des « sapeurs-pompiers volontaires permet de réduire substantiellement les coûts, la masse salariale des 197 307 pompiers volontaires est dix fois moins importante que celle des 40 301 pompiers professionnels », écrit la Cour. Les pompiers ont assuré 3,6 millions d’interventions (+ 17 % entre 2002 et 2010), dont 69 % concernent des secours à la personne.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe Intercommunalité

    Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe : quelles conséquences ?

    04/01/18
    La loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale pour la République (dite loi « NOTRe ») attribue, à titre obligatoire, les compétences « eau » et « assainissement » aux communautés de communes et aux communautés d’agglomération, à compter du 1er janvier 2020.
  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Tous les articles juridiques