Versement de l'allocation de retour à l'emploi des agents démissionnaires par les collectivités territoriales

Fonction publique

La réponse ministérielle n° 11451 du 9 janvier 2020 est relative au versement de l’allocation de retour à l’emploi des agents démissionnaires par les collectivités territoriales.

En application de l’article L. 5424-1 du Code du travail, les agents publics sont indemnisés au titre du chômage dans les mêmes conditions que les salariés du secteur privé. Un agent public démissionnaire ne peut en principe pas prétendre aux allocations de chômage, sauf en raison d’un motif légitime. Cependant, à la suite d’une démission qui n’a pas donné lieu à une ouverture de droits à indemnisation, l’allocation d’aide au retour à l’emploi pourra néanmoins être attribuée au demandeur d’emploi, sous certaines conditions. L’assurance chômage, prévoit que le fait d’avoir eu, depuis le départ volontaire, une nouvelle période d’affiliation d’au moins 65 jours ou 455 heures s’achevant par une perte involontaire d’emploi, neutralise les effets de la démission antérieure et permet une ouverture de droits à l’indemnisation du chômage sous réserve que la perte du dernier emploi soit involontaire. Après neutralisation de la démission, si l’intéressé a travaillé pour plusieurs employeurs pendant la période de référence prise en compte pour l’ouverture des droits, il convient d’appliquer les règles de coordination prévues aux articles R. 5424-2 et 3 du Code du travail.

 

Texte de référence : Question écrite n° 11451 de Mme Brigitte Lherbier (Nord – Les Républicains) du 11 juillet 2019, Réponse publiée dans le JO Sénat du 9 janvier 2020

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques