François Hollande s’engage à faire émerger une métropole parisienne d’envergure

Intercommunalité

Devant les élus parisiens, le président François Hollande s’est engagé mardi 15 mai, au jour de son investiture, à « créer les conditions nécessaires à l’émergence d’une métropole parisienne, capable d’affronter à l’échelle pertinente tous les défis qui se présentent à elle ».

« La France et Paris doivent encore avancer ensemble dans la conscience d’un destin partagé. Il nous revient d’engager – et j’y veillerai sûrement – une relation fondée sur le respect réciproque », a déclaré François Hollande lors de son discours à l’Hôtel de ville, devant le maire PS Bertrand Delanoë.

« Et je prends devant vous et devant les élus de cette agglomération un engagement : celui de créer les conditions nécessaires à l’émergence d’une métropole parisienne capable d’affronter à l’échelle pertinente tous les défis qui se présentent à elle », a-t-il lancé. « Nous nous appuierons sur les structures qui existent : Paris Métropole. Il nous faudra donner à cette fédération des bonnes volontés les moyens d’aller plus loin avec l’énergie d’un État partenaire. Cette nouvelle confédération métropolitaine disposera de pouvoirs réels, notamment en matière de logement, puisque c’est là l’enjeu le plus urgent pour tant de familles ».

Paris Métropole est un syndicat mixte créé  2009, qui compte aujourd’hui 196 collectivités, dont 143 communes, 7 départements (dont Paris), la région Île-de-France et des communautés d’agglomération. Présidée par le député (ex-PCF) de Seine-Saint-Denis Patrick Braouezec, Paris Métropole se veut une structure pour entreprendre et gérer « les politiques à l’échelle métropolitaine » avec des groupes de travail sur plusieurs thèmes dont le logement.

Président PS de la région Île-de-France, Jean-Paul Huchon a salué les gages donnés par M. Hollande sur « la nécessité d’un nouvel acte de décentralisation » et l’a trouvé « devant les élus parisiens, à l’écoute des attentes des collectivités qui souhaitent avoir les moyens d’agir, notamment pour répondre à la crise du logement ».

« Le chef de l’État se fait ainsi l’écho des débats dont se sont saisis les collectivités franciliennes et pour lesquels Bertrand Delanoë et moi même portons une proposition commune sur l’autorité organisatrice du logement », a-t-il insisté. À l’inverse, Roger Karoutchi (UMP), président de la commission des Finances de la région Île-de-France, s’inquiète : « donner des pouvoirs supplémentaires à une agglomération du cœur de l’Île-de-France est dangereux dans l’immédiat, et remet gravement en cause le développement de la Grande Couronne et l’existence même de la région Île-de-France ».

M. Hollande a également rendu un hommage appuyé à Paris comme ville où la culture « ne cesse de se réinventer », une ville « laboratoire » de la création, ou encore une ville au fort « dynamisme démographique ».

Peu avant, Bertrand Delanoë avait prononcé un discours dans lequel il avait souligné que Paris n’avait d’autre « ambition aujourd’hui comme hier que celle d’un partenariat loyal et efficace ». Comme le veut le protocole, M. Hollande a, juste avant, signé le parchemin de l’Hôtel de ville. Ils s’exprimaient devant un parterre d’invités, dont les ténors socialistes, parmi lesquels Ségolène Royal.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum