Grenoble, la ville où il fait bon travailler et se loger

Logement

À l’heure où le pouvoir d’achat s’invitait à tous les débats publics, Meilleurtaux.com et Jobijoba publiait leur 2e baromètre sur l’attractivité des grandes villes françaises en termes d’emploi et de pouvoir d’achat immobilier.

Un emploi en CDI, un salaire et un logement, voilà le graal auquel aspirent les Français. Et pour l’atteindre, c’est à Grenoble (38), Lille (59) ou Lyon (69), le trio de tête des 20 villes les plus attractives, qu’il faut poser ses valises. C’est ce que révèle le 2e baromètre de l’attractivité des grandes villes qu’ont publié Meilleurtaux.com et Jobijoba à partir d’une méthodologie prenant en compte l’emploi, le salaire et le logement, qui permet de dresser le palmarès des 20 plus grandes villes françaises offrant le plus d’opportunités aux Français.

« L’étude mesure ainsi le nombre d’offres d’emploi en CDI rapporté au nombre d’habitants croisé au pouvoir d’achat immobilier, lui-même calculé à partir du salaire moyen dans chaque ville, des taux d’intérêt pratiqués localement et du prix de l’immobilier. En croisant ces données, on obtient le classement des 20 villes de France où l’on a plus de chance de concilier emploi stable et logement », explique Maël Bernier, en charge des études chez Meilleurtaux.com.

Pour cette 2e édition du baromètre « Work & Live », Grenoble détrône Lille et prend la tête du classement. Deuxième l’an dernier, sa performance s’explique surtout par le dynamisme du marché de l’emploi local, au 2e rang en France avec 12,2 offres de CDI pour 100 habitants. Car côté pouvoir d’achat immobilier, il s’est considérablement érodé par rapport à 2017, passant de 66 à 59 m2. Même scénario pour Lille et Lyon dont les performances sont clairement tirées par l’emploi. « Et avec 13,8 offres de CDI pour 100 habitants, la capitale des Gaules se classe 1re ville de l’emploi national », commente Guillaume Schmidt, directeur du pôle collectivités chez Jobijoba. Parmi les villes de l’ouest de l’Hexagone figurant au classement, Le Mans est la ville qui tire le mieux son épingle du jeu en se hissant à la 4e place du palmarès.

Si les offres d’emploi restent peu élevées (5,5 offres de CDI pour 100 habitants), la ville gagne en pouvoir d’achat immobilier avec 83 m2 accessibles (73 m2 en 2017), la hissant au 2e rang en termes d’immobilier. « À noter, cette année, la performance de Strasbourg (67) qui gagne trois places et figure au 10e rang grâce au dynamisme des offres en CDI (7,2 pour 100 habitants), alors que les quatre grandes villes du pourtour méditerranéen restent mal classées avec Montpellier (34) 15e, Toulon (83) 18e, Marseille (13) 19e et Nice (06) 20e. » « Dans ces Jobijoba.com. Villes, les créations de CDI sont largement insuffisantes pour compenser les prix de l’immobilier et le niveau des salaires », poursuit Guillaume Schmidt. Quant à Paris, en 17e position, avec seulement 22 m2 accessibles en dépit de la plus grande capacité moyenne à emprunter, la capitale est définitivement réservée aux nantis.

Danièle Licata

À RETENIR

+ 5,8 % c’est la hausse moyenne en 2018 des prix de l’immobilier dans les 20 villes classées.
– 7 % c’est la baisse du nombre de mètres carrés en moyenne accessibles.
Sources : Jobijoba ; Meilleurtaux.com

 

Méthodologie

Le baromètre de l’attractivité des grandes villes françaises a été établi à partir des offres d’emploi en CDI, salaires, taux d’intérêt et prix de l’immobilier. Pour chaque ville, Jobijoba a recensé le nombre d’offres de CDI rapporté au nombre d’habitants. Les salaires moyens proposés dans les offres ont ensuite été mis en rapport avec les taux d’intérêt recensés par Meilleurtaux.com et le prix de l’immobilier local afin de calculer le pouvoir d’achat immobilier, soit le nombre de mètres carrés accessibles en fonction du revenu. Enfin, le taux de CDI pour 100 habitants a été multiplié par le pouvoir d’achat immobilier.


Source :
RCL

Posté le par

Recommander cet article