Un panorama des ressources humaines des CCAS

Management

L’UNCCAS vient de publier une étude sur les personnels des CCAS.

L’UNCCAS a publié, mi-octobre, une étude intitulée « Le personnel au sein des CCAS/CIAS : profil des agents et spécificités de l’environnement de travail ». Réalisée entre août 2013 et avril 2014 par six élèves administrateurs territoriaux en formation à l’Inet, cette étude qualitative donne la parole à 54 des quelque 123 000 agents de la fonction publique territoriale exerçant au sein des CCAS. Les entretiens ont été menés dans 15 CCAS. Ses résultats ne sont donc pas généralisables et ont, avant tout, valeur d’observations, préviennent les auteurs. Leur étude permet, néanmoins, de dresser un panorama des ressources humaines des CCAS/CIAS.
 

Une identité forte autour du travail social

La diversité des métiers et des profils des agents des CCAS ne simplifie pas la compréhension de ceux-ci. Conséquence de la variété des CCAS et de leurs missions, chaque structure dispose de son propre répertoire des métiers et il n’existe pas de « profil type » des agents des CCAS, note l’étude. Les métiers vont d’agent d’accueil à conseiller en économie sociale et familiale, infirmier à domicile, directeur de CCAS…

Malgré la grande variété des environnements professionnels des CCAS, l’étude met en exergue « une identité commune ». Quels que soient leurs structures de travail, leurs statuts ou leurs collectivités de rattachement, les agents « mettent en valeur le travail social comme un élément fondateur de leur identité professionnelle ». Au final, ils « revendiquent une appartenance à la sphère sociale et médico-sociale qui semble plus forte que leur sentiment d’appartenance à la fonction publique territoriale », s’étonnent presque les auteurs de l’étude.
 

Les métiers des CCAS connaissent des évolutions déterminantes

Les agents des CCAS sont confrontés à des évolutions sociales de grande ampleur. Cinq évolutions fondamentales ont pu être relevées lors de cette étude :

  • L’émergence de nouveaux publics,
  • Des contraintes financières accrues,
  • Un contexte normatif instable,
  • La multiplication des partenaires internes ou externes,
  • Le renforcement de la place des usagers.

Pour tenir compte de ces évolutions sociales, « les métiers des CCAS connaissent des mutations et s’adaptent ». On observe ainsi un renforcement des tâches administratives, en premier lieu lié à la complexification de l’environnement normatif. Par ailleurs, les contraintes financières accrues ont conduit au développement des missions de gestion et de suivi de l’activité. Aussi, l’informatisation des métiers s’impose. « Enfin, pour répondre à la diversification des publics et à la massification des problèmes sociaux, la professionnalisation des métiers et le renforcement de leur polyvalence sont devenus incontournables, explique l’étude. Loin des logiques d’assistanat et de guichet, les fonctions d’accompagnement des usagers, ainsi que les fonctions de coordination entre les différents acteurs, se développent de plus en plus, et modifient le contenu des métiers des CCAS ».

Face à cet environnement en évolution, « les métiers des CCAS semblent parfois sous tension ». Celle-ci se traduit par des difficultés de recrutement et un turnover variable selon les métiers. Les problèmes liés à l’absentéisme, aux risques psychosociaux et aux troubles musculo-squelettiques sont également « prégnants », selon l’étude.

Dans ce contexte, les fonctions d’encadrement apparaissent essentielles pour accompagner au mieux les évolutions des métiers des agents. S’identifiant encore grandement à leur cœur de métier, les encadrants, majoritairement issus du champ des solidarités, se disent peu formés aux fonctions de management. Et les valorisations financières ne sont pas, selon eux, significatives au regard des charges supplémentaires qui leur incombent. De plus, ceux-ci ne sont pas toujours bien perçus par les agents, rapporte l’étude.
 

Les leviers mobilisés par les CCAS

Face aux évolutions de leur environnement et des métiers de leurs agents, les CCAS s’adaptent en mobilisant différents leviers. Ainsi, certains expérimentent différentes évolutions organisationnelles pour adapter au mieux leurs services aux besoins des usagers et aux contraintes de leur environnement. Parmi celles-ci, le recrutement de contrôleurs de gestion a pour objectif un meilleur pilotage de leurs ressources et la recherche de marges de manœuvre. D’autres développent le travail en transversalité entre services d’un même CCAS, mais également entre CCAS.

Par ailleurs, les CCAS s’essaient à la mutualisation de certaines fonctions avec leurs collectivités de rattachement, qu’ils s’agissent de fonctions ressource ou opérationnelles. Enfin, la mutualisation la plus aboutie consiste en la création de centres intercommunaux d’action sociale (CIAS).

Autre levier d’adaptation : le suivi des parcours professionnels. D’une part, via la formation, « qui reste néanmoins un outil mobilisé de manière inégale » ; d’autre part, via la mobilité des agents et la fluidité des parcours professionnels, « une dimension encore relativement peu prise en compte ». Enfin, les CCAS « s’attachent, de plus en plus, à favoriser le bien-être des agents et in fine la qualité de leur travail ». En premier lieu, ils essaient de répondre au risque de précarisation de leurs agents.
 

Des risques pour l’avenir

Si les entretiens réalisés pour les besoins de l’étude ont révélé des personnels motivés et passionnés par leur métier, ils ont aussi traduit « une forme d’urgence de la situation à laquelle les CCAS vont devoir faire face dans les prochaines années ». Ses auteurs ont constaté « une forme d’épuisement face aux difficultés croissantes ». En conséquence, « le risque est grand, dans les CCAS, de se retrouver, dans les années à venir, face à un nombre important de personnels en souffrance », préviennent-ils. D’autant plus que les CCAS sont « peu armés pour y faire face, avec des outils RH qui restent souvent embryonnaires, faute de moyens ou de volonté pour les développer ».

« Trouver des solutions innovantes, développer des pistes de réponse avec et pour les agents, voilà le défi auquel les CCAS sont aujourd’hui confrontés », conclut l’étude. Un défi d’autant plus difficile à relever qu’avec près de la moitié de leurs effectifs partant à la retraite dans les 5 ans à venir, les CCAS/CIAS vont connaître « un renouvellement de leurs équipes et un besoin de nouvelles compétences ».
 

Texte de référence : Le personnel au sein des CCAS/CIAS : profil des agents et spécificités de l’environnement de travail, Union nationale des centres communaux d’action sociale

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum