APA : la durée de perception de l’allocation s’établit à 3 ans et demi

Personnes âgées

Selon une étude du ministère des Solidarités et de la Santé, les bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) perçoivent en moyenne cette prestation pendant 3 ans et demi.

La durée moyenne de perception de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) est de 3 ans et demi : environ 3 ans pour les hommes et 4 ans pour les femmes, révèle une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) du ministère des Solidarités et de la Santé (Études & Résultats n° 1082, octobre 2018).

Une durée de prise en charge variable selon les profils

La durée dans le dispositif s’avère très variable selon le sexe, l’âge d’entrée, le niveau de dépendance et le lieu de prise en charge des bénéficiaires de la prestation. Les hommes commencent à percevoir l’APA plus tôt – à partir de 81 ans et demi en moyenne, contre 83 ans et demi pour les femmes – et en bénéficient moins longtemps. Ils sont, en moyenne, moins dépendants et plus souvent pris en charge uniquement à domicile. À l’inverse, les femmes sont plus souvent prises en charge uniquement en établissement et perçoivent l’APA plus tard et plus longtemps.

Sept parcours types recouvrent la majorité des situations

Croiser le degré de dépendance, d’une part, et le lieu de prise en charge, d’autre part, permet de définir sept parcours types, qui rendent compte de  plus de 9 situations sur 10 rencontrées par les bénéficiaires, expliquent les auteurs de l’étude. Le degré de dépendance recouvre, pour l’essentiel, trois situations qui, en fonction du lieu de vie (domicile ou établissement), correspondent à six parcours. À savoir :

  • Les personnes très dépendantes à leur entrée dans l’APA et qui le restent ;
  • Les personnes moins dépendantes à leur entrée dans le dispositif et dont l’état ne se dégrade pas ;
  • Les personnes dont l’état se dégrade entre le début et la fin de prise en charge par l’APA.

Un septième parcours est constitué de personnes qui changent de lieu de vie car leur état se dégrade.

D’autres types de parcours existent, pointe l’étude, mais concernent moins de 10 % des bénéficiaires : ils recouvrent des personnes dont le niveau de dépendance diminue (2,9 %) ; des personnes dont le niveau de dépendance est stable, mais qui changent de lieu de prise en charge (4,2 %) ; des personnes prises en charge alternativement à domicile et en institutions, avec des allers-retours entre les deux (1,5 %) ; ou encore d’autres parcours plus complexes (1,5 %).

Quand, tout au long de la durée de la perception de l’APA, le niveau de dépendance se montre stable, qu’il soit modéré ou important, et le lieu de résidence identique, l’âge d’entrée dans le dispositif et sa durée de perception sont, en moyenne, de 81 ans pour les hommes vivant à domicile pour une durée de perception de moins de 2 ans et de 86 ans pour les femmes vivant en établissement, la durée de prise en charge étant alors de 2 à 3 ans. Les parcours longs correspondent à des situations où le degré de dépendance des personnes s’accentue au cours du temps : plus de 4 ans pour les hommes et plus de 5 ans pour les femmes. Les personnes passant de leur domicile à un établissement perçoivent l’APA à un âge plus avancé : après 82 ans pour les hommes et après 84 ans pour les femmes.

Rappel sur l’APA

L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) s’adresse aux personnes âgées de plus de 60 ans confrontées à une perte d’autonomie et couvrait 1,3 million de bénéficiaires fin 2016. Les besoins de ces personnes sont évalués par une équipe médico-sociale chargée de déterminer le niveau de dépendance via la grille nationale AGGIR (autonomie gérontologie groupes iso-ressources), qui classe les personnes en six groupes dont les quatre premiers ouvrent droit à l’APA (GIR 1 à GIR 4).

Cette allocation permet aux personnes âgées dépendantes de financer des dépenses engendrées par l’accompagnement dont elles ont besoin au quotidien : aide technique, aide professionnelle à domicile, soutien aux proches aidants. L’APA à domicile finance des dépenses nécessaires au maintien à domicile et l’APA en établissement le tarif dépendance fixé par l’établissement médico-social d’accueil.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum