Menu actualité

Thématiques

Entre la maison et l’Ehpad, des habitats partagés pour seniors

Publié le 19 mai 2022 à 7h35 - par

Solution intermédiaire entre maintien à domicile et Ehpad, les « habitats partagés », petites colocations pour personnes âgées, pourraient accueillir des dizaines de milliers de résidents à l’avenir mais leur développement est entravé par un « cadre règlementaire confus », s’agacent les opérateurs privés du secteur.

Entre la maison et l'Ehpad, des habitats partagés pour seniors

Dans ce type de logement, les seniors « qui ne veulent plus ou ne peuvent plus rester chez eux », sans pour autant souhaiter rejoindre une maison de retraite, signent un bail de location classique.

Ils disposent d’une chambre individuelle, mais également de pièces de vie partagées avec leurs colocataires, où une professionnelle s’occupe notamment des courses ou de la préparation des repas.

« Je ne me sentais pas mûre pour aller en maison de retraite », témoigne Marie-Thérèse Castillon, 89 ans, qui vit avec six colocataires dans un logement de ce type en banlieue bordelaise, à Pessac. Ici, « on connaît tout le monde », observe sa voisine Jeanne Choy, 94 ans, qui a quitté un Ehpad pour s’installer dans cette petite structure gérée par la société privée Domani.

Les locataires, qui ont chacun leur chambre et leur salle de bains, se retrouvent pour le repas ou les loisirs dans une grande cuisine/salle à manger commune. « Qu’est-ce qui vous ferait plaisir pour le menu la semaine prochaine ? Des melons, ça vous dit ? » demande Laura Pouchat, une étudiante qui gère le quotidien aux côté de la coordinatrice de la maisonnée.

Le soir et le week-end, un prestataire d’aide à domicile prend le relais. Et des étudiants, logés à l’étage du dessus, perçoivent 250 euros par mois pour être disponibles la nuit au cas où les résidents activeraient leur bouton d’appel à l’aide.

Réduire le « sentiment d’arrachement »

L’objectif est que les seniors « qui ne peuvent plus vivre chez eux » aient un « sentiment d’arrachement le plus faible possible », le tout pour un loyer environ inférieur de 20 % au coût d’un Ehpad, soit « 1 500 à 1 600 euros, aides déduites », détaille Jean de Miramon, l’un des cofondateurs de Domani.

Et la demande est là : avant même l’ouverture de cette résidence de sept places, plus de 200 familles avaient manifesté leur intérêt.

Dans toute la France, 100 000 seniors au total devraient pouvoir bénéficier d’un tel logement d’ici à 2030, préconisaient les auteurs d’un rapport remis en 2020 au Gouvernement.

Pour l’heure cependant, moins de 5 000 personnes résident dans des habitats de ce type, affirme un collectif récemment créé par une quinzaine d’opérateurs privés.

Selon ces entreprises, l’« inertie » de l’administration complique l’avancement des projets. Parfois, le promoteur se voit ainsi refuser l’agrément qui lui permettrait de salarier lui-même les aides à domicile intervenant à titre individuel chez les seniors – par exemple pour l’aide à la toilette.

« Dans une zone grise »

« Le problème, c’est qu’on est un peu dans une zone grise : on ne sait pas où nous mettre ! », soupire Laurence Boluda, directrice générale de la « Maison de Blandine », qui crée des habitats partagés de 5 à 25 appartements.

« Il y a une volonté politique affichée mais il faut que ça suive du point de vue réglementaire », renchérit Maxence Petit dont la société Cosima a ouvert un « domicile partagé » à Lourdes (Hautes-Pyrénées) et en projette trois autres près de Marseille et en banlieue parisienne.

La législation, pourtant, a justement évolué : depuis l’an dernier, les résidents peuvent théoriquement percevoir, sans condition de ressource, une « aide à la vie partagée » (AVP) destinée à financer les prestations communes aux habitants de la colocation, comme le salaire de la « maîtresse de maison ».

« Sur le principe, c’est formidable, mais dans la réalité rien n’est clair : d’un département à l’autre, nous n’obtenons pas la même réponse », souligne Simon Vouillot, co-fondateur de « Âge et vie » à Besançon.

Pour l’heure, en effet, seule une trentaine de conseils départementaux ont signé un accord avec l’État pour mettre en place cette aide – financée par les départements à hauteur de 20 % -, explique à l’AFP Stéphane Corbin, directeur adjoint de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). Mais, selon lui, une soixantaine d’autres départements devraient les rejoindre cette année.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022

Pour aller plus loin, WEKA vous propose de télécharger gratuitement son Livre blanc « Ehpad de demain : vers une transformation radicale de l’offre »

Ehpad de demain : vers une transformation radicale de l'offre

Livre blanc

Ehpad de demain : vers une transformation radicale de l'offre

La crise sanitaire du Covid et, tout récemment, le scandale révélé par l’affaire ORPEA, ont jeté une lumière crue sur la réalité de certains Ehpad, les problèmes rencontrés par les personnels et les résidents et, plus profondément, mis ...

Télécharger le livre blanc