La Journée de solidarité devrait rapporter près de 3,2 milliards d’euros en 2018

Personnes âgées

Entre 2004 et 2017, la Journée de solidarité a généré 30 milliards d’euros, affectés au budget de la CNSA.

En 2018, la Journée de solidarité, initialement fixée le lundi de Pentecôte (le 21 mai cette année) devrait rapporter près de 3,2 milliards d’euros, estime la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). À savoir : 2,42 milliards d’euros au titre de la contribution solidarité autonomie (CSA) et 765,4 millions d’euros au titre de la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA). Pour mémoire, cette Journée de solidarité a été instituée en 2004 pour financer une meilleure prise en charge des personnes en perte d’autonomie, après la canicule de 2003, qui avait révélé au grand jour les insuffisances de l’accompagnement des personnes âgées en France.

La loi prévoit que le produit de la CSA est affecté chaque année au financement des dispositifs individuels et collectifs de la perte d’autonomie par l’intermédiaire de la CNSA (60 % pour les personnes âgées, 40 % pour les personnes handicapées). Ainsi, les 2,42 milliards d’euros qui devraient être collectés au titre de la contribution solidarité pour l’autonomie (CSA) seront redistribués de la manière suivante.

1,45 milliard d’euros au bénéfice des personnes âgées :

967,7 millions d’euros au bénéfice des personnes handicapées :

  • 629 millions d’euros versés aux conseils départementaux pour le financement de la prestation de compensation du handicap (PCH) et le fonctionnement des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) ;
  • 338,7 millions d’euros alloués aux établissements et services médico-sociaux accueillant des personnes en situation de handicap.

Parallèlement, en 2018, l’intégralité des recettes de CASA sera versée à la CNSA, soit 765,4 millions d’euros. « Là encore, ce chiffre reste une prévision, qui peut évoluer », précise la Caisse. La CASA devra permettre de financer :

  • 453,7 millions d’euros pour revaloriser l’APA à domicile, c’est-à-dire augmenter le nombre d’heures d’aide à domicile pour les personnes âgées qui en ont le plus besoin et diminuer le niveau de participation financière des personnes (versement aux conseils départementaux) ;
  • 180 millions d’euros pour des actions de prévention de la perte d’autonomie – conférences des financeurs, forfait autonomie – via un versement aux conseils départementaux ;
  • 101 millions d’euros pour financer les établissements et services médico-sociaux ;
  • 6 millions d’euros pour renforcer l’accompagnement des proches aidants de personnes âgées en perte d’autonomie et soutenir le développement de l’accueil familial (versement aux conseils départementaux) ;
  • 5 millions d’euros pour abonder les fonds départementaux de compensation du handicap.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum