Fonctionnaires en maladie : quels éléments de la paye faut-il déduire au titre du non paiement du jour de carence ?

Rémunération

La loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 est venue instaurer un délai de carence dans la fonction publique en cas d’arrêt de maladie ordinaire, à l’image des dispositions déjà applicables aux salariés relevant du régime général de la Sécurité sociale. La circulaire ministérielle du 24 février 2012 précise les modalités d’application ainsi que les éléments de paye concernés par le non versement de la rémunération au titre du jour de carence.

La circulaire ministérielle du 24 février 2012 indique que les éléments de paye concernés par le non versement de la rémunération au titre du jour de carence sont :

 

  • la rémunération principale ou le traitement de base ;
  • les primes et indemnités qui suivent le sort du traitement, y compris l’indemnité de résidence (à l’exclusion de l’indemnité de garantie individuelle du pouvoir d’achat [GIPA]) ;
  • les primes et indemnités versées aux fonctionnaires, à l’exclusion notamment des indemnités représentatives de frais, des heures supplémentaires, des indemnités qui impliquent un service fait, des avantages en nature, des indemnités de restructuration, des indemnités liées à la mobilité… ;
  • la nouvelle bonification indiciaire ;
  • les majorations et indexations Outre-mer.

En revanche, le supplément familial de traitement, qui est lié à la charge effective et permanente d’un ou plusieurs enfants, est versé en totalité.
 

Texte de référence : Circulaire du 24 février 2012 relative au non versement de la rémunération au titre du premier jour de congé de maladie des agents publics civils et militaires (application des dispositions de l’article 105 de la loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 de finances pour 2012)

 

Source : publié sur andre.icard

L'analyse des spécialistes

  • Le retrait de délégation à un adjoint Élus

    Le retrait de délégation à un adjoint

    02/05/19
    « L'adjoint au maire est élu par le conseil municipal (et non pas nommé par le maire), mais, à l'exception de ses qualités d'officier d'état-civil et d'officier de police judiciaire, qu'il exerce de plein droit, il ne dispose de compétences que dans la mesure où le maire lui en délègue ».
  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification Urbanisme

    La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification

    16/04/19
    La loi Élan du 23 novembre 2018 participe de la stratégie « logement » initiée par le gouvernement. Elle s’articule autour de quatre objectifs politiques : construire plus, mieux et moins cher ; faire évoluer le logement social ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie.
  • Tous les articles juridiques