Fonctionnaires: "le gel du point d'indice ne peut pas être éternel"

Rémunération

Le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, a estimé mercredi 18 juin que le gel du point d’indice ne pouvait « pas être éternel » pour réduire la masse salariale publique, et que cette mesure ne permettrait pas au gouvernement de remplir les objectifs qu’il s’est lui-même fixés pour 2014.

Le gel du point d’indice qui court depuis quatre ans « ne peut pas être éternel », a estimé M. Migaud sur RMC-BFMTV, au lendemain de la publication du rapport sur « La situation et les perspectives des finances publiques ». C’est pour cela, affirme-t-il que la Cour « dit qu’il faut réfléchir à la question des effectifs, à la question de la durée du travail ».

« Nous apprécions la situation par rapport aux objectifs qui sont définis non pas par la Cour des comptes mais par le pouvoir politique c’est-à-dire par le gouvernement et le parlement », a rappelé M. Migaud.

Il a répété que le gouvernement avait décidé fin avril dans le programme de stabilité de limiter l’augmentation de la masse salariale publique à 250 millions en 2014.

Naturellement, au vu des années précédentes, la masse salariale devrait augmenter de 1,4 milliard d’euros. Or, rappelle M. Migaud, grâce aux mesures de gel du point d’indice et de réductions de certaines mesures catégorielles, l’augmentation sera réduite à 750 millions.

« Nous disons que si le gouvernement veut respecter cet objectif de 250 millions d’euros, les mesures qu’il a prises ne suffisent pas, ou alors il faut remettre en cause cet objectif », a-t-il assuré.

« Vous ne pouvez pas indéfiniment geler le point d’indice, l’État est obligé aussi d’avoir une politique salariale donc il doit se poser aussi d’autres questions », a-t-il insisté.

 

Source : Situation et perspectives des finances publiques 2014, Cour des comptes, rapport du 17 juin 2014
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • La mise en œuvre d'un intéressement collectif comme rémunération dans fonction publique est-elle vraiment possible ? Rémunération

    La mise en œuvre d’un intéressement collectif comme rémunération dans la fonction publique est-elle vraiment possible ?

    03/04/18
    « On va essayer de travailler à une nouvelle rémunération des agents publics fondée sur le mérite ». Telle est l’une des déclarations faites par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics sur les antennes de BFMTV - RMC le 19 février dernier. Si elle est dans l'air du temps, la question d'une rémunération « au mérite » des agents publics n’est pas nouvelle. Par le passé déjà, plusieurs gouvernements ont relancé cette idée d'introduire davantage de « mérite » dans la rémunération des fonctionnaires.
  • Tous les articles juridiques