Fonction publique : l'État finance 73% des pensions

Retraite

Les cotisations ne financent qu’une retraite sur quatre dans la Fonction publique et l’État verse plus de 37 milliards d’euros pour combler le manque, a affirmé mardi 26 novembre Le Figaro, des informations nuancées par le Conseil d’orientation des retraites (COR).

Selon le quotidien, le Conseil d’orientation des retraites explique dans un rapport rendu public mardi 26 novembre que seul un quart des retraites des fonctionnaires est financé par les cotisations salariales et celles de l’État employeur, contre 82,9 % pour le régime des salariés du privé.

La différence est compensée par le budget de l’État, qui finance le système de retraite de la Fonction publique à hauteur de 73 % de ses besoins, affirme le journal. « La facture atteindra 37,3 milliards d’euros cette année, selon les prévisions du COR », écrit Le Figaro. Selon le quotidien, ces dépenses, mentionnées dans une ligne budgétaire baptisée « cotisations fictives », ne cessent d’augmenter : + 5,5 % en 2011, + 4,2 % en 2012 et + 1,7 % en 2013.

Dans un communiqué, le COR précise qu »‘il ne s’agit nullement d’un nouveau rapport » mais « d’un dossier technique » comme il en « examine chaque mois ». Ce dossier a pour objet de « fournir des éléments permettant de mieux apprécier la diversité des situations entre les quelque trente régimes de retraite de base et complémentaires », poursuit-il.

S’agissant plus précisément du régime de la Fonction publique d’État, ses ressources « sont principalement constituées non pas de subventions mais de cotisations versées par l’État en sa qualité d’employeur », souligne le conseil.

Ainsi, selon les informations du COR, elles-mêmes issues du projet de loi de finances (PLF) 2014 qui est public, les cotisations versées par l’Etat-employeur ont représenté en 2013 74,2 % des prestations du régime. Pour 2014, le PLF prévoit « pour la première fois depuis 2006 une stabilisation des taux des contributions employeurs ».

Commentant l’article du Figaro, la fédération FO des fonctionnaires a dénoncé dans un communiqué une « énième campagne de tentative d’opposition des salariés du privé et du public ». « Nous connaissons cette tactique et nous la condamnons », affirme-t-elle. FO souligne également que « lorsqu’il verse la pension, l’État ne fait que remplir son rôle d’employeur » et que les taux de remplacement (rapport entre le salaire et la pension) des pensions de retraites du public et du privé « sont quasi équivalents ».

La réforme des retraites actuellement débattue au Parlement prévoit des efforts pour les salariés du privé comme pour les fonctionnaires. Ainsi, les taux de cotisations  de la Fonction publique doivent être progressivement alignés sur ceux du privé.

De même, l’allongement de la durée de cotisation à 43 ans concernera également les fonctionnaires.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques