De nouvelles formations sanitaires et sociales financées par le plan France Relance

Sanitaire et social

Le gouvernement mobilise les crédits du plan France Relance pour financer 2 110 formations supplémentaires sur 2021 et 2022.

La ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion et la ministre déléguée chargée de l’Autonomie ont réuni, le 30 mars 2021, les deux Opérateurs de compétences du secteur – OPCO Santé et OPCO de la cohésion sociale – pour dresser avec eux un bilan des actions menées en matière d’emploi et de formation professionnelle. Lors de cette rencontre, Élisabeth Borne et Brigitte Bourguignon ont rappelé la nécessité de rendre attractifs les métiers du secteur sanitaire et médico-social « compte tenu du défi du vieillissement de la population ». Les deux ministres ont insisté sur leur initiative de financer, dans le cadre de France Relance, 16 000 places supplémentaires dans les formations sanitaires et sociales. À savoir : 6 000 places d’infirmiers, 6 600 places d’aides-soignants et 3 400 places d’accompagnants éducatifs et sociaux.

Pour amplifier cet effort, Élisabeth Borne et Brigitte Bourguignon ont annoncé ce jour-là le déblocage de nouveaux financements pour la formation continue de :

  • 1 000 salariés supplémentaires au métier d’aide-soignant ;
  • 1 110 salariés supplémentaires au métier d’accompagnement éducatif et social.

Déployées sur 2021 et 2022, ces 2 110 formations supplémentaires représentent une enveloppe globale de 92 millions d’euros issue du plan France Relance, dont 78 millions d’euros au titre de la promotion par alternance.

Par ailleurs, les référentiels aide-soignant et accompagnants éducatifs et sociaux ont été revus pour créer les conditions opérationnelles du développement de l’apprentissage. Ils seront présentés en Commissions professionnelles consultatives (CPC) dans le courant de ce mois d’avril, avant d’être diffusés à l’ensemble des acteurs. Ces référentiels présenteront toutes les souplesses nécessaires pour organiser différemment l’alternance entre périodes de stage et formation, assurent les deux ministres.

Cette rencontre a également été l’occasion d’esquisser un premier bilan des dernières mesures prises en faveur du secteur sanitaire et médico-social :

  • La campagne « Un métier pour nous » a notamment permis de satisfaire près de 16 300 offres d’emploi en Ehpad et 34 000 à domicile, soit 80 % des offres mises en ligne ;
  • Plus de 5 000 formations courtes d’appui au métier d’aide-soignant ont été proposées par l’État et, déjà, près de 2 500 demandes de formation ont été exprimées ;
  • L’appel à projet pour constituer des plateformes départementales des métiers de l’autonomie a suscité plus de 60 candidatures, dont 22 émanent de conseils départementaux.

Posté le par

Recommander cet article