Coronavirus : un logiciel pour évaluer la santé des pompiers

Santé et sécurité au travail

La santé de près de 12 000 pompiers dans trois départements est évaluée quotidiennement par un logiciel, qui permet d’identifier d’éventuelles contaminations, afin de lutter contre le coronavirus, a indiqué le Service départemental d’incendie et secours (Sdis) de l’Allier.

« Le projet a été monté en huit jours, afin d’améliorer le suivi des équipes et la prise en charge », explique Julien Fischer, adjoint à la cheffe de centre CTA-Codis de l’Allier qui a mis en place le service dès le 27 mars 2020.

Sur la base du volontariat, les personnels sont invités à remplir un questionnaire à la fois sur leur environnement (contact avec des personnes contaminées, nombre de résidents dans le foyer, facteurs de risque, etc.) et quotidiennement sur leur état de santé (symptômes, température).

« Désormais, il suffit d’un clic : la personne reçoit un mail chaque jour et renseigne uniquement les éventuels changements par rapport à la veille », précise M. Fischer.

Le questionnaire est ensuite analysé à l’aide d’une technologie d’intelligence artificielle, qui permet de détecter d’éventuels cas de contamination, dont la liste est transmise au personnel de santé.

« C’est un peu une salle d’attente virtuelle, qui évite à nos médecins de perdre du temps avec ceux qui n’ont rien et de se concentrer sur les cas qui nécessitent une surveillance », selon M. Fischer.

Les personnes identifiées comme potentiellement contaminées sont contactées par téléphone, et une téléconsultation peut être mise en place.

Entre 60 et 70 cas suspects ont ainsi pu être isolés depuis la mise en place du logiciel dans l’Allier, selon le responsable. 

Dans ce département, près de 1 600 pompiers sur un effectif de 1 900 ont accepté de participer.

M. Fischer reconnaît qu’il « a fallu rassurer car c’est toujours délicat avec ce type d’application » : « nous avons dû apporter des garanties sur la sécurisation des données médicales auxquelles l’employeur n’a pas accès, et qui sont réservées aux personnels de santé », admet-il.

Les pompiers de Seine-et-Marne et des Yvelines sont aussi équipés, et ceux de Corse-du-Sud doivent l’être prochainement.

Cette initiative est le fruit d’une collaboration entre l’entreprise Anamnèse spécialisée dans les outils d’intelligence artificielle pour la santé et Atraksis, une association d’officiers et médecins de sapeurs-pompiers.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2020

Posté le par

Recommander cet article