La prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS)

Santé et sécurité au travail

Les troubles musculo-squelettiques touchent la santé des salariés mais aussi celle des collectivités en provoquant une perte de productivité. Leur prévention nécessite la participation et l’efficacité de tous. Elle doit être collective.

La participation des intervenants préoccupés par les questions de prévention des TMS (médecins du travail, ingénieurs sécurité, ergothérapeutes, ergonomes, psychologues du travail, etc.) apparaît comme une condition de l’efficacité de la politique de prévention des TMS.

En effet, les équipes participatives introduisent plus de changements dans le moyen ou long terme que les équipes qui n’ont pas inclu de participation. La mobilisation des acteurs de la prévention permet ainsi de répondre à un enjeu majeur de la politique de prévention des TMS : la mise en œuvre de la pluridisciplinarité dans les actions de prévention.

La nécessité d’un collectif de travail uni

L’implication de l’encadrement et des équipes est fondamentale pour réussir à prévenir les TMS. En faire un sujet à part entière permet de l’appréhender comme un élément fédérateur. Le collectif de travail génère alors de nouvelles façons d’agir dans l’activité du médecin du travail. L’engagement de la direction apparaît également comme un déterminant essentiel pour pouvoir mettre en œuvre les actions de prévention.

Le travail collectif n’est cependant pas toujours très facile à établir même si les lois sur la santé au travail prescrivent aux acteurs de la prévention de travailler ensemble. Il a souvent été constaté que si la législation ne permet pas d’agir, les salariés ne coopèrent pas. Le travail collectif se construit toutefois avec le temps, dans des expériences d’interaction avec d’autres professionnels. Leur action doit de ce fait être inscrite dans une activité collective de prévention pour devenir efficace.

Le malaise des professionnels quant à l’évolution de leur métier est un indicateur à surveiller en ce domaine. Les difficultés de coopération entre les intervenants sur les politiques de prévention des TMS et les services de santé au travail peuvent en effet constituer un frein à la mise en place de cette politique de prévention.

La mobilisation des acteurs ne doit pas se heurter à la difficulté de débat

La participation des acteurs de la prévention des risques professionnels à l’analyse du contexte de leur intervention, aux constats d’échecs et de réussites de leurs actions passées ou présentes, leur permet d’être dans un apprentissage collectif progressif. Ils en tirent alors un enseignement sur la manière de rechercher des solutions aux problèmes émergents et de développer leurs propres capacités individuelles et collectives d’analyse.

Les acteurs font ainsi l’expérience de nouvelles dynamiques dans leurs relations professionnelles. La démarche participative permet d’ouvrir des possibilités, d’élaborer des compromis, de créer des débats de normes, des arbitrages. La question de la participation des ergonomes dans les démarches de prévention des troubles musculo-squelettiques doit être posée. Leur place en ergonomie dans le processus d’intervention n’étant pas spécifique à la prévention des TMS.

La prévention des TMS est d’autant plus efficace si elle est menée dans la durée. La production récente de connaissances sur les pratiques des différents acteurs dans le domaine de la prévention des TMS devient ainsi un enjeu pour construire du travail collectif.

Pour aller plus loin :

Prévenir durablement les troubles musculo-Squelettiques dans les établissements de santé. Outils et méthodes pour réduire l’absentéisme et favoriser le maintien dans l’emploi, Aract Haute-Normandie, mai 2013

La prévention durable des TMS. Quels freins ? Quels leviers d’action ?, Direction Générale du Travail

 

Weka vous recommande :

 

Livre blanc

La prévention des risques liés aux gestes et postures de travail

Téléchargez

Maux de dos réguliers, douleurs permanentes des membres supérieurs, postures inconfortables au quotidien… Il n’est plus rare de recueillir ce type de constat de nos jours dans les collectivités : aucun poste de travail n’en est épargné.

Tous ces signes sont les prémices d’un absentéisme pour raison de santé : rappelons qu’ils sont à l’origine de plus de 80 % des maladies professionnelles en France.

Comment prévenir les risques liés à ces postures de travail ?

Découvrez dès aujourd’hui la réponse en téléchargeant gratuitement la fiche « La prévention des risques liés aux gestes et postures de travail ».

Cet extrait du service documentaire Santé Sécurité au travail en collectivité territoriale vous est offert par les Éditions Weka.

 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum