Améliorer l’accueil des enfants à l’hôpital

Santé

La FHF formule 13 propositions pour améliorer l’accueil des enfants à l’hôpital public.

Chaque année, près de 2 millions d’enfants et adolescents sont hospitalisés dans un établissement public de santé. Leur hospitalisation est encadré par un ensemble de textes réglementaires assez complet mais encore perfectible, estime la Fédération hospitalière de France (FHF). De fait, ces textes ayant une portée contraignante très limitée, les établissements de santé appliquent les dispositions en découlant de manière très inégale. Par ailleurs, certains textes sont anciens et nécessiteraient d’être adaptés à la situation actuelle, explique la Fédération. En conséquence, deux avis récents, émanant du Comité international des droits de l’enfant et du Défenseur des droits, montrent que « cette situation n’est pas optimale et qu’il reste des efforts à faire afin d’améliorer la prise en charge des enfants et adolescents lors d’une hospitalisation », rapporte la FHF.

En étroite collaboration avec l’Union nationale des associations familiales (Unaf) et l’association SPARADRAP, la FHF a donc rédigé un rapport « inédit » intitulé « L’accueil des enfants à l’hôpital public ». Publié début septembre, celui-ci propose des « pistes d’amélioration concrètes. » « Les professionnels cherchent constamment à améliorer l’accueil des enfants malades et de leur famille, favoriser les échanges entre familles et professionnels en mettant le bien-être de l’enfant hospitalisé au centre des actions, explique le président de la FHF, Frédéric Valletoux. J’ai la conviction que ce formidable travail réalisé en étroite collaboration avec nos partenaires, le Défenseur des Droits, l’Unaf et l’association SPARADRAP, sera, à la fois, une référence pour les professionnels de santé, mais également un outil d’interpellation des pouvoirs publics afin d’accorder aux équipes les moyens leur permettant de réellement mettre en œuvre des actions concrètes d’amélioration de l’accueil des enfants dans nos établissements ». « Les enfants et les adolescents hospitalisés ont des besoins spécifiques, complète le Dr Catherine Devoldère, présidente de l’association SPARADRAP. L’humanisation des soins en pédiatrie est un enjeu de santé publique pour préserver la confiance entre soignés et soignants, éviter les phobies et garantir à tous un parcours de soin de qualité. Tout doit être mis en œuvre pour que tous les enfants et adolescents hospitalisés comprennent ce qu’on va leur faire, soient soulagés de leur douleur par tous les moyens possibles et puissent avoir leurs proches à leurs côtés. »

Le rapport « L’accueil des enfants à l’hôpital public » se veut donc autant un guide et une aide pour les établissements qu’un plaidoyer pour interpeller les pouvoirs publics, assurent ses rédacteurs. Les 13 propositions formulées s’organisent autour de cinq axes.

Axe 1 : Valoriser l’accueil des enfants à l’hôpital

  • Hospitaliser les enfants de moins de 18 ans dans un service pédiatrique.
  • Garantir à l’enfant la présence de l’un de ses parents 24h/24h.

Pour l’Unaf, c’est l’une des propositions phares du rapport. En effet, l’Union déplore que la garantie pour l’enfant hospitalisé de la présence de l’un de ses parents à ses côtés ne soit « pas encore systématique ».

  • Permettre à l’enfant d’avoir un de ses parents en salle de réveil et/ou à l’endormissement lors du parcours opératoire.
  • Faire participer les parents et les enfants à l’élaboration du projet de service.
  • Garantir un environnement adapté aux enfants.

Axe 2 : Mieux informer l’enfant

  • Informer les enfants et les adolescents sur leur maladie et les soins.
  • Réaliser un livret d’accueil pour les enfants.

Axe3 : Recueillir la parole des enfants

  • Rechercher le consentement de l’enfant aux soins.
  • Recueillir la parole des enfants sur leur hospitalisation.
  • Faire connaître la commission des usagers aux enfants et aux familles.

Axe 4 : Renforcer la formation des professionnels

  • Disposer de professionnels formés aux spécificités de la pédiatrie.

Axe 5 : Coordonner la prise en charge des mineurs non accompagnés

  • Améliorer la prise en charge des mineurs non accompagnés à l’hôpital.
  • Améliorer l’articulation entre l’hôpital et les structures de prise en charge des mineurs non accompagnés.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum