Covid-19 : trois phases de vaccination et des exercices logistiques avant la fin de l’année

Santé

La campagne de vaccination contre le Covid-19 va se dérouler en trois phases, en commençant par les résidents des Ehpad, avant de s’étendre progressivement à toute la population, a détaillé jeudi 3 décembre 2020 le ministre de la Santé Olivier Véran.

D’ici là, un exercice logistique aura lieu avant la fin de l’année.

Une campagne en trois phases

Priorité aux Ehpad : le gouvernement suit les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS), qui a préconisé lundi 30 novembre 2020 que les personnes âgées résidant dans ces maisons de retraite soient les premières vaccinées, parce qu’elles cumulent les risques à cause de leur âge et de la vie en collectivité.

Cette première phase commencera « début janvier 2021 (…) moment auquel nous devrions disposer des premiers vaccins autorisés, si tout se passe bien, dans un nombre encore limité de doses », a précisé Olivier Véran. Cette phase concernera aussi « les professionnels de santé à risque exerçant dans ces établissements ». Au total, un million de personnes.

Deuxième phase : elle devrait avoir lieu entre février et mars 2021, « selon le calendrier effectif des autorisations de mise sur le marché et de livraison des vaccins », a indiqué le ministre de la Santé. Dans l’ordre, les personnes âgées de 75 ans et plus, puis celles de 65 ans et plus et les professionnels de santé et médico-sociaux vulnérables en raison de leur âge ou de leur santé. Soit 14 millions de personnes.

Ce n’est qu’après qu’interviendra « le temps de la vaccination de masse ». Mais là encore, il y aura des publics prioritaires : les personnes âgées de 50 à 64 ans, « les professionnels des secteurs essentiels au fonctionnement du pays en période épidémique » (sécurité, éducation, alimentation), les personnes vulnérables et précaires et eux qui les prennent en charge, « les personnes qui vivent dans des hébergements confinés ou des lieux clos », a détaillé Olivier Véran. Ensuite, sera concerné « le reste de la population majeure ». Les mineurs ne font pas l’objet de recommandations car les études cliniques les plus avancées n’ont pas inclus cette population.

Défi logistique

Le premier vaccin attendu est celui développé par Pfizer/BioNTech, a expliqué Olivier Véran. Or, il se conserve à – 80° et « une fois décongelé il nous faut pouvoir l’administrer au patient en moins de cinq jours », a détaillé le ministre. « C’est avec ces contraintes qu’il va nous falloir viser une livraison de plus 10 000 » Ehpad, a ajouté le ministre, en précisant que la France avait déjà commandé des « super-congélateurs ».

Il a évoqué « deux circuits complémentaires pour plus de sécurité ». D’une part, « un circuit principal de distribution », destiné aux Ehpad, « qui va s’appuyer sur les acteurs qui ont l’habitude d’acheminer des médicaments, même dans des conditions difficiles, et notamment les vaccins ». D’autre part, « un second circuit s’appuiera lui sur une centaine d’établissements hospitaliers », pour approvisionner « les établissements » pour personnes âgées liés à ces hôpitaux.

Olivier Véran a précisé que, « dans la deuxième moitié du mois de décembre, ce circuit logistique sera testé à blanc » et « éprouvé à travers des opérations ».

Texte de référence : Arrêté du 3 décembre 2020 modifiant l’arrêté du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures d’organisation et de fonctionnement du système de santé nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2020

Posté le par

Recommander cet article