Groupements hospitaliers de territoire : 10 millions d’euros pour accompagner la réforme

Santé

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé jeudi le déblocage de 10 millions d’euros pour accompagner la mise en place des Groupements hospitaliers de territoire (GHT), une réforme « majeure » destinée à développer les coopérations entre hôpitaux.

Cet article fait partie du dossier :

Action Sociale Enjeux et conséquences des groupements hospitaliers de territoire (GHT) Voir le dossier

« Le dispositif d’accompagnement est essentiel pour la réussite de cette réforme », a dit Mme Touraine à l’occasion de l’installation d’un comité de suivi chargé d’accompagner les hôpitaux dans le déploiement des GHT.

Face aux inquiétudes, la ministre a tenté de rassurer en annonçant pour cette année une enveloppe de « dix millions d’euros » afin d’accompagner « les acteurs de terrain » engagés dans la mise en place « progressive » du dispositif d’ici à 2017.

Instaurés par la loi Santé, les GHT ont pour objet de développer une prise en charge « graduée » des patients en mutualisant les moyens des établissements au niveau d’un territoire.

Les hôpitaux inscrits dans ce cadre ont jusqu’au 1er juillet pour conclure une convention autour d’un « projet médical partagé » dans lequel doit être décrite l’organisation de la prise en charge des patients par filière.

« Le date du 1er juillet doit être maintenue », a dit la ministre. Deux des principaux syndicats de médecins hospitaliers ont demandé début mars un délai supplémentaire de six mois.

Les praticiens, qui exerceront au sein « d’équipes de territoires », seront incités via « une prime d’exercice territorial » à partager leur activité entre différents établissements sur « la base du volontariat « , a également précisé Mme Touraine.

« Opportunité pour renforcer le service public hospitalier », la réforme des GHT « ne s’inscrit pas dans une logique comptable dont l’objectif serait de faire des économies », a-t-elle dit. « Évidemment la contrainte budgétaire est là », a-t-elle ajouté.

Il y a quelques jours, l’Association des maires de France (AMF) lui avait demandé que les maires soient étroitement associés à la mise en place des GHT. L’association avait rappelé son attachement « à la préservation de l’offre de soins de proximité et des petites structures hospitalières ».

« Parler de gradation des soins, cela ne signifie pas qu’il faut fermer des structures ou en faire grossir d’autres », a affirmé la ministre au lendemain de la remise d’un rapport dans lequel était pointé le risque de GHT de « grande taille », « rassemblant un trop grand nombre d’établissements, trop lourds à gouverner ».

La Fédération hospitalière de France (FHF), lobby des hôpitaux publics, s’est dite « satisfaite des ces premières annonces », mais prévient dans un communiqué qu’elle restera « vigilante » sur la suite du processus.

« Seul un accompagnement pensé par et pour les acteurs de terrain permettra de réussir la mise en place des GHT et d’en faire des outils médicaux au service des besoins de la population », insiste son président Frédéric Valletoux.

Des arbitrages seront rendus sur le projet de décret d’application d’ici à fin mars, a par ailleurs précisé la ministre.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum