Le Premier ministre annonce une stratégie nationale de santé

Santé

Le gouvernement présentera à l’automne une nouvelle stratégie nationale de santé.

« La prévention sera le pivot de la stratégie nationale de santé discutée à l’automne », a déclaré le Premier ministre le 4 juillet, lors de sa déclaration de politique générale prononcée à l’Assemblée nationale. Des maladies que l’on croyait éradiquées se développent à nouveau sur notre territoire, a rappelé Édouard Philippe.

Des enfants meurent de la rougeole aujourd’hui en France. « Dans la patrie de Pasteur, ce n’est pas admissible. L’an prochain, les vaccins pour la petite enfance, qui sont unanimement recommandés par les autorités de santé, deviendront obligatoires », a donc annoncé le Premier ministre.

En matière de lutte contre le tabac, « là encore, il nous fait assumer des choix courageux », a poursuivi le locataire de Matignon. Chaque année, le tabac est responsable de plus de 80 000 décès en France.

C’est la première cause de mortalité évitable et la consommation quotidienne de tabac augmente chez les adolescents. « Ne rien faire est exclu, nous porterons progressivement le prix du paquet de cigarettes à 10 euros, en luttant sans merci contre les trafics qui minent cette politique de santé autant qu’ils fragilisent ceux qui respectent la loi », a promis le Premier ministre.

Il a, par ailleurs, confirmé la création d’un service sanitaire pour les étudiants des filières de santé, afin de leur permettre d’intervenir dans les écoles et les entreprises pour des actions de prévention.

« Mais prévenir ne suffit pas, a enchaîné Édouard Philippe. Il nous faudra aussi revoir la manière dont est organisé notre système de soins. » L’action des professionnels de santé, « compétents et dévoués », est « trop souvent entravée par les rigidités de nos structures, les carcans administratifs, le fonctionnement en silos. »

Il veut donc bâtir des parcours de soin en favorisant l’interconnexion des professionnels de santé et la circulation de l’information au bénéfice du patient, en mettant en place de nouvelles incitations et de nouveaux modes de rémunération, en mesurant la qualité des soins et en la faisant connaître. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale « traduira cette ambition dès cette année. »

« Notre stratégie de santé devra aussi permettre de garantir un égal accès aux soins. Pas seulement en droit, mais surtout dans les faits », a aussi déclaré le Premier ministre. La ministre des Solidarités et de la Santé est donc chargée de préparer, pour le mois de septembre prochain, un plan de lutte contre les déserts médicaux, « en bonne intelligence » avec les collectivités territoriales et les acteurs du monde de la santé. « En la matière, la télémédecine offre des opportunités formidables, nous les favoriserons. »

Enfin, la future stratégie de santé « devra rompre le cercle vicieux du renoncement aux soins. » Aussi, d’ici la fin du quinquennat, tous les Français auront accès à des offres sans aucun reste à charge pour les lunettes, les soins dentaires et les aides auditives, a assuré le Premier ministre.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum