La panne des numéros d’urgence souligne le besoin de réformer « notre système d’alerte », selon les pompiers

Sécurité

Une panne d’un équipement chargé d’acheminer les appels a entravé massivement l’accès aux numéros d’urgence (15/17/18/112) et aux lignes fixes mercredi 2 juin 2021 entre 16h45 et minuit, et de nombreux services de secours étaient difficiles à joindre à travers la France.

La panne qui a gravement perturbé les numéros d’urgence mercredi soir montre le besoin de rénover « notre système d’alerte » et de créer un numéro unique dédié aux appels d’urgence, le 112, estime jeudi 3 juin 2021 la Fédération nationale des sapeurs pompiers de France (FNSPF).

« Au final, notre résilience passe par une rénovation majeure de notre système d’alerte et de communication que demandent les sapeurs-pompiers de France depuis longtemps, exprimée par le président de la République en 2017, et qui pourrait enfin voir le jour si le Parlement comprend qu’il faut dorénavant éviter de mettre l’urgent comme le non-urgent dans le même tuyau », souligne la FNSPF dans un communiqué. « Oui au 112 pour l’urgence ».

Cette panne « montre une nouvelle fois le besoin de modernisation sur le plan infrastructurel comme organisationnel, en prenant en compte les nouveaux usages et outils informatiques : applications pour smartphones, réseaux sociaux, mais aussi objets connectés et mails doivent être pris en compte pour communiquer l’alerte », ajoute-t-elle.

« Avec plus de 18 millions d’appels reçus par les sapeurs-pompiers en France chaque année, et 1 intervention toutes les 6,5 secondes, cette panne a éprouvé le système d’alerte français », poursuit la FNSPF.

La panne chez l’opérateur Orange, qui a gravement perturbé les numéros d’urgence mercredi soir, intervient une semaine après l’adoption par l’Assemblée nationale en première lecture d’une proposition de loi qui vise notamment à instaurer un numéro unique dédié aux appels d’urgence, le 112, sur le modèle du « 911 » américain.

Trois modalités seront testées : un rapprochement de « l’ensemble des services » (numéro 15, 17 et 18), un rassemblement sans « police-secours » (15 et 18), ou un simple « regroupement » du Samu et des médecins de garde en lien avec les autres services d’urgence (15 et permanence des soins).

Ce texte consensuel, qui entend consolider le modèle de sécurité civile français reposant largement sur les sapeurs pompiers volontaires (soit 80 % des 250 000 pompiers), est désormais attendu au Sénat.

Cette panne pourrait avoir causé la mort d’au moins trois personnes, a indiqué le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui a fustigé des « dysfonctionnements graves et inacceptables ». Le PDG d’Orange Stéphane Richard, convoqué à Beauvau, a présenté sur Twitter « ses plus vives excuses ».

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2021

Posté le par

Recommander cet article