Sécurité : avec la crise sanitaire toujours en vigueur, les nouvelles mesures attendront

Sécurité

Le 28 juillet 2020, le ministre de l’Intérieur et la ministre déléguée à la citoyenneté ont présenté les grandes lignes de la politique de sécurité du gouvernement. Les mesures concrètes de cette feuille de route n’ont pas été présentées le 9 septembre, comme cela aurait dû être le cas.

Avec la remontée de l’épidémie de coronavirus, la crise sanitaire relègue au second plan les questions de sécurité, qui auraient dû être centrales dans le séminaire de rentrée gouvernemental du 9 septembre. En effet, après l’audition des ministres Gérald Darmanin (Intérieur) et Marlène Schiappa (Citoyenneté) par la commission des lois de l’Assemblée nationale, le 28 juillet 2020, un certain nombre de mesures devaient être annoncées ce 9 septembre pour traduire la feuille de route sécuritaire du gouvernement. Devant les députés, le ministre de l’Intérieur avait rappelé l’importance, pour l’État, de s’appuyer davantage sur les élus locaux, notamment sur les maires, précisant que les pouvoirs des agents de la police municipale pourraient être amenés à évoluer « le cas échéant ».

La proposition de loi Vers une sécurité globale, présentée par les députés Jean-Michel Fauvergue, Alice Thourot et Gilles Le Gendre, bénéficiant d’un « avis très favorable » du gouvernement, devant notamment permettre de concrétiser par des dispositions législatives les annonces faites par le Premier ministre à Nice, le 25 juillet 2020.

Ainsi, un certain nombre de prérogatives « concrètes pratiques » pourront être confiés à la police municipale sans pour autant décharger la police nationale, pour qu’elle puisse agir plus rapidement : accès aux fichiers pour arrêter plus vite les véhicules, amendes… Pour autant « il ne s’agit pas de généraliser les armements », a précisé Gérald Darmanin.

Le gouvernement souhaite également « s’attaquer au terreau de la délinquance » avec les autres ministères dont celui de l’Éducation nationale. Gérald Darmanin a ainsi rappelé l’importance du « continuum de sécurité », notamment dans les villes et dans les campagnes, pour assurer la prévention de la délinquance en lien avec les centres sociaux et les collectivités locales, afin d’apporter une réponse sécuritaire globale en particulier auprès des plus jeunes.

Par ailleurs, le déploiement des soixante quartiers de reconquête républicaine se poursuivra ; quarante-sept ont déjà été créés, trois ont été annoncés et dix autres le seront prochainement. Dans les quarante départements les plus ruraux, la présence policière sera renforcée.

En principe, le livre blanc de la sécurité intérieure devrait être présenté début 2021 « après une longue période de concertation avec les parlementaires » et sera traduit par une loi d’orientation. En outre, une expérimentation est en cours à Nice sur l’extension des compétences de la police municipale, pour lui donner la possibilité d’agir au même niveau que les polices nationales et en concertation avec le préfet et la police nationale. Le ministre de l’Intérieur a précisé que d’autres expérimentations de ce type pourront être réalisées.

Marie Gasnier

Posté le par

Recommander cet article