Mutation d'un policier municipal assermenté dans une autre collectivité

Statut

La procédure de mutation d’un policier municipal d’une commune vers une autre, même au sein du même département peut durer plusieurs mois en raison de la nécessité de soumettre l’intéressé à l’agrément du préfet et à l’assermentation du procureur de la République. Une simplification est à l’œuvre.

Pour exercer leurs fonctions, les agents de police municipale doivent être agréés par le préfet de département et assermentés par le procureur de la République. Procédures qui ne sont pas sans compliquer la vie des municipalités même lorsqu’un policier municipal est muté dans une commune à partir d’une commune voisine où il bénéficiait de tous les agréments. Il est alors contraint « de refaire dans son intégralité un dossier d’assermentation nécessitant plusieurs mois d’attente », a récemment souligné Colette Giudicelli, sénatrice UMP des Alpes-Maritimes. Interrogeant à ce sujet le ministre de l’Intérieur, la parlementaire demandait comment « simplifier cette formalité pour un fonctionnaire remplissant toutes les conditions exigées par la loi, lorsqu’il s’agit d’une mutation à partir d’une collectivité voisine située dans le même département ».

Une procédure bientôt simplifiée

En avril dernier, le ministre de l’Intérieur a répondu à Mme Giudicelli que le projet de loi d’orientation, de programmation et de performance pour la sécurité intérieure, adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 16 février 2010, « prévoit dans un article 32 sexies que l’agrément obtenu et le serment prêté à la première nomination resteront valables tant que les fonctionnaires concernés continueront d’exercer les fonctions de policier municipal ». L’agrément pourra cependant être retiré à tout moment si son bénéficiaire ne remplit plus les conditions d’honorabilité professionnelle requises. Transmis au Sénat, l’examen du texte n’a pas encore débuté à ce jour. La commission des lois du Sénat s’est pour le moment limitée à désigner Aymeri de Montesquiou, sénateur RDSE du Gers, rapporteur pour avis de ce texte.

Franck Vercuse

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Revue de l'actualité juridique territoriale #1 : la réforme territoriale Administration

    Revue de l’actualité juridique territoriale #1

    18/06/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Manifestations : retour sur les nouvelles dispositions de la loi n°2019-290 du 10 avril 2019 Sécurité

    Manifestations : retour sur les nouvelles dispositions de la loi n°2019-290 du 10 avril 2019

    03/06/19
    Partant du constat que les manifestations sur la voie publique sont désormais fréquemment émaillées de graves incidents et d’actes de dégradation, le législateur a décidé de s’emparer du sujet pour durcir l’arsenal juridique en vigueur et mieux prévenir ces phénomènes d’ultra violence lors de rassemblements publics1.
  • Le retrait de délégation à un adjoint Élus

    Le retrait de délégation à un adjoint

    02/05/19
    « L'adjoint au maire est élu par le conseil municipal (et non pas nommé par le maire), mais, à l'exception de ses qualités d'officier d'état-civil et d'officier de police judiciaire, qu'il exerce de plein droit, il ne dispose de compétences que dans la mesure où le maire lui en délègue ».
  • Tous les articles juridiques