Mutation d'un policier municipal assermenté dans une autre collectivité

Statut

La procédure de mutation d’un policier municipal d’une commune vers une autre, même au sein du même département peut durer plusieurs mois en raison de la nécessité de soumettre l’intéressé à l’agrément du préfet et à l’assermentation du procureur de la République. Une simplification est à l’œuvre.

Pour exercer leurs fonctions, les agents de police municipale doivent être agréés par le préfet de département et assermentés par le procureur de la République. Procédures qui ne sont pas sans compliquer la vie des municipalités même lorsqu’un policier municipal est muté dans une commune à partir d’une commune voisine où il bénéficiait de tous les agréments. Il est alors contraint « de refaire dans son intégralité un dossier d’assermentation nécessitant plusieurs mois d’attente », a récemment souligné Colette Giudicelli, sénatrice UMP des Alpes-Maritimes. Interrogeant à ce sujet le ministre de l’Intérieur, la parlementaire demandait comment « simplifier cette formalité pour un fonctionnaire remplissant toutes les conditions exigées par la loi, lorsqu’il s’agit d’une mutation à partir d’une collectivité voisine située dans le même département ».

Une procédure bientôt simplifiée

En avril dernier, le ministre de l’Intérieur a répondu à Mme Giudicelli que le projet de loi d’orientation, de programmation et de performance pour la sécurité intérieure, adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 16 février 2010, « prévoit dans un article 32 sexies que l’agrément obtenu et le serment prêté à la première nomination resteront valables tant que les fonctionnaires concernés continueront d’exercer les fonctions de policier municipal ». L’agrément pourra cependant être retiré à tout moment si son bénéficiaire ne remplit plus les conditions d’honorabilité professionnelle requises. Transmis au Sénat, l’examen du texte n’a pas encore débuté à ce jour. La commission des lois du Sénat s’est pour le moment limitée à désigner Aymeri de Montesquiou, sénateur RDSE du Gers, rapporteur pour avis de ce texte.

Franck Vercuse

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques