Édouard Philippe réunit les acteurs de la Conférence nationale des territoires

Administration

Édouard Philippe et les représentants des collectivités ont arrêté jeudi 30 novembre l’ordre du jour de la Conférence nationale des territoires (CNT) de mi-décembre, avec notamment les contrats État/collectivités, lors d’une réunion à Matignon.

Les échanges ont porté sur les modalités des contrats que l’État entend passer avec les 320 plus importantes collectivités sur la maîtrise de leurs dépenses, a-t-on appris auprès de Matignon. Le dialogue s’est engagé sur les travaux de la mission confiée au sénateur LREM Alain Richard et à l’ancien préfet Dominique Bur pour préparer ces « contrats de mandature ».

Les responsables des associations d’élus locaux (AMF, ADF, Régions de France, France Urbaine, Villes de France…), des représentants du Parlement, ainsi que huit membres du gouvernement ont participé à  cette réunion préparatoire à la Conférence nationale des territoires qui se tiendra le 14 décembre à Cahors.

Outre les contrats État/collectivités, les enjeux institutionnels et l’exercice des compétences, la simplification des normes, seront à l’ordre du jour, selon Matignon. Également parmi les sujets qui seront abordés : la lutte contre les fractures territoriales, autour du numérique, de l’accès aux soins et aux services publics.

Les discussions ont aussi porté jeudi sur l’assouplissement des compétences « eau et assainissement », sujet de débat entre communes et intercommunalités.

« Nous sommes entrés dans un processus de concertation permanente, de nature à éviter, selon nous, de tomber dans les erreurs que le gouvernement a accumulées pendant l’été », a dit le président de France Urbaine (grandes villes), Jean-Luc Moudenc (LR), à l’issue de la réunion.

À l’occasion de la Conférence nationale des territoires (CNT), Édouard Philippe a décidé de « délocaliser » l’ensemble de son activité dans le Lot pendant trois jours (13/15 décembre).

Avec cette rare initiative, le chef du gouvernement et la cinquantaine de membres de son cabinet « pourront ainsi multiplier les rencontres et les visites de terrain, au contact de tous les acteurs publics et privés du département », explique-t-on.

« Le Premier ministre ne veut pas se contenter de visites rapides, menées trop souvent au pas de charge du fait de contraintes d’agenda. Il souhaite dès qu’il le peut organiser des déplacements plus longs sur un territoire, avoir davantage de temps pour écouter et dialoguer », poursuit-on à Matignon.

« Et puis il y a bien sûr un message aux Français : Matignon quitte Paris et va vers eux. C’est trop souvent l’inverse », souligne l’entourage du Premier ministre.

Voulue par Emmanuel Macron comme les collectivités, la Conférence nationale des territoires s’est tenue une première fois le 17 juillet à Paris. Elle doit se réunir tous les six mois.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum