Les Français ne jugent pas la réduction des régions ou départements prioritaire

Administration

Deux Français sur trois souhaitent une réforme de l’organisation administrative de la France, mais seulement 37 % jugent prioritaire de réduire le nombre de régions ou de départements, selon un sondage CSA publié mardi 24 juin pour l’Assemblée des départements de France (ADF).

Cet article fait partie du dossier :

Administration RÉFORME TERRITORIALE : LA TECTONIQUE DES CARTES Voir le dossier

27 % des personnes interrogées estiment « tout à fait nécessaire » une telle réforme, 39 % la trouvent « plutôt nécessaire », soit un total de 66 %.

Pour 23 %, réformer l’organisation territoriale n’est « pas vraiment nécessaire », pour 11 %, cela n’est « pas du tout nécessaire ».

Alors que le gouvernement veut réduire le nombre de régions dès 2015 et supprimer les conseils généraux « à l’horizon 2020 », 69 % se déclarent « assez » ou « très attachés » à leur département, selon l’étude. C’est un peu moins que pour leur région (72 %) et surtout leur commune (76 %), mais bien plus que pour leur intercommunalité (50 %).

Interrogés sur les solutions à étudier en priorité (plusieurs réponses possibles) pour faire une réforme territoriale, 37 % des sondés seulement répondent « réduire le nombre de régions, de départements » (ils ne sont même que 19 % à avancer cette solution en premier). 16 % pensent qu’il faut d’abord « supprimer les départements partout en France » (9 % placent cette solution en tête).

Ce qui compte le plus est de « prendre en compte la réalité des territoires » (75 %) et de « diminuer le poids de l’État » au profit des collectivités locales (66 %).

« La diminution des dépenses publiques liées aux collectivités locales », citée par 43 % des sondés, vient en tête des éléments à prendre en compte pour réformer l’organisation territoriale du pays. « L’efficacité des politiques menées » n’est citée que par 18 % des répondants.

Par ailleurs, une courte majorité (51 % contre 48 %) ne partage pas l’idée qu’avec la décentralisation, « les responsables politiques sont davantage à l’écoute des citoyens ».

Sondage réalisé par internet du 4 au 10 juin auprès d’un échantillon de 1 010 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, hors Paris mais incluant Guyane, Guadeloupe, Martinique et Réunion selon la méthode des quotas.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum