Peu d’impact de la fusion de régions sur la qualité de leur crédit

Administration

La réforme territoriale en cours aura peu d’impact sur la qualité du crédit des nouvelles régions françaises, qui présentent un profil « toujours favorable » dans le contexte européen, selon une étude de l’agence Standard and Poor’s diffusée mardi 22 septembre 2015.

La fusion des régions avec le passage le 1er janvier 2016 de 22 à 13 régions métropolitaines – dont les budgets vont quasiment doubler, de 1,2 à 2 milliards d’euros en moyenne -, devrait avoir « peu d’effet » à court et moyen termes sur leur crédit, estime l’agence de notation.

Selon elle, les élections régionales de décembre devraient en effet ouvrir une période de « transition » (2016-2017) durant laquelle les nouvelles régions devront « digérer » les fusions, « intégrer de nouvelles compétences », de nouveaux personnels, sans se lancer dans de grands projets.

La plupart des régions françaises sont actuellement notées dans la catégorie « AA » – un niveau légèrement inférieur aux Länder allemands – par l’agence, mais ces notations pourraient être « plus hétérogènes après la réforme », en fonction notamment de la capacité des nouveaux exécutifs régionaux à gérer les fusions, estime-elle.

Standard ans Poor’s n’anticipe pas « de larges économies d’échelle, ni d’optimisation importante des dépenses du fait des fusions » qui pourraient modifier leur trajectoire budgétaire et leur endettement à moyen terme.

Selon cette étude, les régions françaises ne devraient pas rencontrer non plus de « problème d’accès au financement ». Elles continueront par ailleurs « de représenter une part très modérée de la dette publique locale, soit moins de 10 %, contre plus de 50 % pour les régions italiennes, 67 % en Belgique, et près de 80 % et 90 % en Allemagne et en Espagne ».

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2015

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum