Irrégularité de la procédure d'entretien professionnel

Droits et obligations

Dans un arrêt du 6 juin 2017 n° 16PA03469, la Cour administrative d’appel de Paris précise l’obligation qu’un entretien professionnel soit signé par le N+1.

La signature par l’autorité hiérarchique du compte rendu d’entretien professionnel prévu par le décret n° 2014-1526 du 16 décembre 2014 ne saurait suppléer à l’absence de signature de l’évaluateur, supérieur hiérarchique direct. En effet, les dispositions du décret du 16 décembre 2014 prévoient expressément que le compte-rendu doit être signé par le supérieur hiérarchique direct. En cas d’absence de signature du N+1, un vice de forme qui entache d’illégalité le compte-rendu pourra être retenu. Et pour ce motif, l’entretien professionnel pourra être annulé.

 

Texte de référence : CAA de Paris, 10e chambre, 6 juin 2017, n° 16PA03469, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • Loi « Engagement et proximité », une simplification du fonctionnement du conseil municipal dans les communes rurales Élus

    Loi « Engagement et proximité », une simplification du fonctionnement du conseil municipal dans les communes rurales

    11/02/20
    La loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique consacre un titre II intitulé « simplifier le fonctionnement du conseil municipal ». Ces mesures auront un impact essentiellement dans les communes de petites tailles.
  • Report de la caducité des plans d’occupation des sols (POS) au 31 décembre 2020 Urbanisme

    Report de la caducité des plans d’occupation des sols (POS) au 31 décembre 2020

    06/02/20
    En repoussant la date de caducité des plans d’occupation des sols (POS) du 31 décembre 2019 au 31 décembre 2020, le législateur offre un nouveau répit aux communes membres d’intercommunalités dont le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) est en cours d’élaboration.
  • "Circulaire Castaner" : le Conseil d'État, garant du clivage gauche/droite ? Élus

    « Circulaire Castaner » : le Conseil d’État, garant du clivage gauche/droite ?

    04/02/20
    Dans son ordonnance n° 437675, 437795, 437805, 437824, 437910, 437933 du 31 janvier 20201, le Conseil d'État a partiellement suspendu l'exécution de la circulaire du 10 décembre 2019 du ministre de l'Intérieur relative à l'attribution des nuances politiques aux candidats aux élections municipales et communautaires des 15 et 22 mars 2020.
  • Tous les articles juridiques