Coronavirus : possibilité de « classes virtuelles » pour les écoles fermées

Éducation

Le ministère de l’Éducation a présenté lundi 2 mars 2020 le dispositif prévu pour assurer la « continuité pédagogique » dans les écoles et établissements scolaires fermés à cause du coronavirus, qui passe notamment par la mise en place de « classes virtuelles ».

Un professeur qui dialogue de chez lui avec ses élèves, connectés depuis leur domicile sur une même plateforme via un téléphone ou un ordinateur : le dispositif, piloté par le Cned (Centre national d’enseignement à distance), opérateur de l’Éducation nationale, est à la disposition des établissements dont la fermeture temporaire a été décidée, comme dans l’Oise ou le Morbihan.

Les professeurs, qui ont pour mission d’assurer une « continuité pédagogique », vont pouvoir utiliser les « solutions techniques » déployées par le Cned, a détaillé lundi 2 mars 2020 Édouard Geffray, le directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco), numéro deux du ministère, lors d’un point presse.

Deux volets sont mis à disposition des élèves : outre la possibilité de participer à une « classe virtuelle », ils ont aussi accès à des ressources pédagogiques en ligne, pour continuer d’avancer dans les programmes scolaires. Environ trois ou quatre heures d’activités sont proposées chaque jour aux élèves dans des matières différentes.

« L’idée est de pouvoir faire un “mix” entre le travail en autonomie et le travail accompagné », a souligné M. Geffray.

En France, les premières « classes virtuelles » ont ouvert lundi matin dans l’Oise, l’un des foyers du virus en France. Dans ce département, 44 écoles maternelles, 43 écoles élémentaires, 12 collèges et 8 lycées, représentant environ 27 000 élèves, ont dû fermer.

Cet outil, baptisé « ma classe à la maison », est « déjà utilisé par plus de 2 000 élèves de lycées français en Chine depuis quelques semaines », a aussi souligné M. Geffray.

Les plateformes du Cned sont accessibles gratuitement. Il s’agit d’un système « extrêmement robuste », selon le directeur général de l’opérateur, Michel Reverchon-Billot, puisque 6 millions de connexions sont possibles en même temps.

En France, on totalise plus de 12 millions d’élèves de la maternelle au lycée.

Pour les jeunes élèves, la présence d’un parent reste indispensable à leur côté.

S’ils peuvent discuter en direct avec leurs élèves, les professeurs n’ont en revanche pas la possibilité de leur imposer le suivi de ces cours en ligne.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2020

Posté le par

Recommander cet article