La réforme des rythmes scolaires se passe « sans difficulté » dans 93,5% des communes, selon le ministère de l’Éducation nationale

Éducation

La réforme des rythmes scolaires, appliquée depuis septembre dans 4 000 communes, se déroule « sans difficulté » dans 93,5 % des 3 223 communes pour lesquelles le ministère a des remontées, selon un premier bilan communiqué vendredi 8 novembre à l’AFP.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

L’état des lieux est ainsi « vert » pour 93,5 % des communes ayant renoué avec la semaine de 4,5 jours en septembre, « orange » pour 5,2 % (dont Paris) et « rouge » pour 1,3 %. « Vert » signifiant qu' »aucune difficulté n’a été relayée concernant cette commune, ni par la mairie, ni par les parents d’élèves, ni par les personnels enseignants (saisie groupée possible) », « orange » que « des difficultés existent mais des ajustements sont en cours pour les surmonter » et enfin « rouge » que « des adaptations significatives restent à mettre en œuvre ». Les proportions d’élèves et d’écoles dans chacune des situations ne sont pas encore connus. Il s’agit d’un bilan établi au sein du ministère par la direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO), sur la base de données renseignées par les directeurs académiques des services de l’Éducation nationale (Dasen), et qui porte sur 81 % des communes qui ont adopté la réforme des rythmes scolaires.

Parmi les 3 223 communes étudiées, 199 ont procédé au total à 318 ajustements (plusieurs possibles par commune). « On constate donc que les organisations mises en place sont robustes », estime le ministère. Sur ces 199 communes, les ajustements ont pu porter sur le temps scolaire (20,2 %), le temps périscolaire (24,5 %), la pause de la mi-journée (8,8 %), l’articulation des temps (21,1 %), la gestion des locaux (11,6 %) ou encore la communication (13,8 %).

Le bilan du ministère donne aussi des éléments sur la gratuité ou non des activités périscolaires, mais portant sur un échantillon plus réduit, 1 124 communes, soit 28,1 % de celles qui ont adopté la réforme en septembre 2013. Parmi elles, 87,2 % proposent des activités gratuites et 12,8 % des activités payantes avec un coût « progressif et modéré ».

Un autre bilan doit encore être publié trois mois après le lancement de la réforme par le comité de suivi de la réforme des rythmes installé par le ministère et qui comporte des représentants des élus, enseignants, parents d’élèves… La réforme des rythmes a été adoptée en septembre 2013 par 17 % des communes scolarisant 22 % des écoliers du public, les autres devant franchir le pas en septembre 2014. Des manifestations et grèves contre la réforme des rythmes sont prévues la semaine prochaine.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

 

Weka formation vous propose une formation adaptée à vos besoins :  

Weka formation

Conduire la réforme des rythmes scolaires dans sa commune : quels projets pour quels financements ?


Objectifs :

Sciences-Po Lille et WEKA Formation vous proposent ce cycle de formation afin de vous accompagner dans la réorganisation de votre politique périscolaire et vous aider à mettre en place des solutions concrètes et adaptées à votre territoire.

3 modules de formation à la carte ou en format cycle afin de :

  • Décrypter les enjeux de la réforme des rythmes scolaires pour sa commune
  • Construire ou rénover le projet périscolaire municipal
  • Gérer le partenariat local dans un temps contraint
  • Développer une offre éducative dans un environnement financier dégradé

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum