Résultats de l’enquête de la FVM sur les rythmes scolaires

Éducation

La Fédération des villes moyennes (FVM) livre les résultats d’une enquête réalisée auprès de ses adhérents entre le 15 septembre et le 15 octobre 2013.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

Depuis cette rentrée, sur un échantillon de 154 villes moyennes, 41 communes (soit 26 %) appliquent la réforme des rythmes scolaires. Il s’agit de Boulogne-sur-Mer, Béthune, Halluin, Arras, Abbeville, Maubeuge, Creil, Verdun, Bar-le-Duc, Forbach, Vandœuvre-lès-Nancy, Saint-Dié-des-Vosges, Belfort, Vesoul, Nevers, Le Creusot, Montceau-les-Mines, Roanne, Bourg-en-Bresse, Annemasse, Annecy, Voiron, Alès, Millau, Montauban, Auch, Aurillac, Brive-la-Gaillarde, Périgueux, Angoulême, Saintes, Rochefort, Niort, La Roche-sur-Yon, Saint-Nazaire, Laval, Quimper, Cayenne, Pointe-à-Pitre, La Possession et Saint-Benoît. Il est à noter que toutes avaient déjà mis en œuvre, dans les années précédentes, un contrat éducatif local ou un projet éducatif local. Pour deux tiers d’entre elles, d’ailleurs, les PEDT sont déjà signés.

Les constats

  • C’est le mercredi matin qui a été retenu comme demi-journée supplémentaire travaillée.
  • Concernant l’aménagement du temps scolaire, à savoir l’organisation des journées de classe sur la semaine, la FVM constate une certaine régularité. Ainsi les bornes horaires du matin sont souvent 8h30-11h30 le matin et 13h30-15h45 l’après-midi.
  • Du côté des activités périscolaires, en grande majorité, elles sont organisées sur des plages horaires de 45 minutes.
  • Enfin, côté budget, « le coût moyen de cette réforme s’élève par élève et par an à 192 euros, avec des extrêmes très marqués, de 25,52 à 475 euros ». Il est à noter que 3 villes sur 41 ont réclamé aux parents une participation financière pour les activités périscolaires, fixée en général selon le quotient familial.

Quelles difficultés ?

Elles sont de plusieurs ordres :

  • des problèmes importants de recrutements des animateurs ;
  • des séquences d’activités périscolaires trop courtes. En effet, les plages de 45 minutes ne satisfont pas : cela « laisse peu de temps pour organiser des activités, qui nécessitent du matériel, voire un déplacement. » ;
  • une adaptation difficile des enfants de maternelle à la nouvelle organisation de la semaine scolaire. Ces derniers seraient ainsi « désorientés puisqu’ils sont réveillés [de leur sieste] pour participer aux temps d’activités périscolaires avec de nouvelles personnes autres que l’institutrice ».

Pour en savoir plus :

Weka formation vous propose une formation adaptée à vos besoins :  

Weka formation

Réforme des rythmes scolaires : Définir et élaborer son nouveau projet périscolaire


Objectif :

Mettre en place son projet périscolaire dans le respect de la législation.

  • Comprendre les principaux impacts de la réforme pour la commune et ses partenaires
  • Déterminer le nouveau périmètre du projet périscolaire
  • Appréhender les différentes options et leurs conséquences
  • Acquérir les outils nécessaires à l’élaboration de son nouveau projet éducatif
  • Anticiper la communication auprès des administrés

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum