Le Val-de-Marne lance un service public de restauration scolaire des collèges

Éducation

Le conseil général du Val-de-Marne a annoncé jeudi 29 novembre 2012 la création d’un service public de restauration scolaire pour les collèges et ouvre une concertation publique afin d’en préciser les contours.

« Il ne s’agit pas seulement de nourrir les 30 000 collégiens demi-pensionnaires du Val-de-Marne, mais que la qualité sanitaire soit garantie dans leur assiette », a expliqué Alain Desmarest, vice-président (PCF) du conseil général du Val-de-Marne, lors d’une conférence de presse. « Le service public est le seul qui permettra cette garantie sanitaire », a-t-il ajouté.

Aujourd’hui, sur les 104 collèges publics du département, seuls quelques-uns passent par un prestataire privé. 55 établissements produisent leurs repas sur place et 5 cuisines centrales alimentent 33 collèges.

Un tarif unique, destiné à remplacer les 94 existants, doit également être mis en place. Actuellement, le coût actuel moyen d’un repas pour les familles est de 3,30 euros. Valorisation des circuits courts, produits de qualité, mais aussi éducation au goût : « les stratégies des grands groupes alimentaires ont été très fortes là-dessus. Ce n’est pas un travail très simple de dire que les produits qu’on aime le plus ne sont pas forcément les meilleurs pour la santé », a expliqué M. Desmarest.

La concertation, qui s’achèvera en mai, doit réunir collégiens, parents, personnels, professeurs. « L’objectif est d’essayer, pour la rentrée 2013, de mettre en application un maximum d’objectifs déterminés par les Val-de-Marnais », a précisé M. Desmarest. Dans un communiqué de presse, le sénateur et président (PCF) du conseil général du Val-de-Marne Christian Favier précisait que « la rationalisation des équipements et des achats liée à une politique tarifaire rénovée, doit permettre d’améliorer la qualité du contenu de l’assiette et du coût pour les familles ».

Interrogé par l’AFP, Jean-Michel Gouezou, membre de la section départementale du Snes, a estimé que « si le principe, c’est de standardiser, regrouper des cuisines où on perdrait en qualité, ce n’est pas forcément une bonne idée. Mais qu’il y ait une cantine de qualité comparable sur tout le département, oui ». Depuis la loi de décentralisation de 2004, la restauration scolaire des collèges est une compétence du conseil général.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012
 

Pour en savoir plus :

Livre blanc

Organiser la restauration scolaire, un enjeu de santé publique

Téléchargez

Nourrir les six millions d’enfants qui fréquentent les réfectoires scolaires constitue une responsabilité importante pour les collectivités. Bien que non obligatoire, la restauration scolaire est un service offert par la grande majorité des communes pour élargir l’offre de service aux familles, au même titre que les services périscolaires. Plus qu’à nourrir, les  collectivités s’attachent à éduquer et à participer à l’enjeu national de santé publique : bien manger n’est-il pas la meilleure des préventions ?

Dans un contexte réglementaire contraint (car la restauration constitue un enjeu de santé publique et répond à des exigences de sécurité alimentaire), il conviendra de définir le service en fonction des objectifs fixés.

Optimisez l’organisation de votre service de restauration scolaire en consultant la fiche « Organiser la restauration scolaire, un enjeu de santé publique » que vous pouvez télécharger gratuitement.

Cet extrait du service documentaire L’action éducative en pratique vous est offert par les Éditions Weka.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum