« Gilets jaunes » : des maires veulent organiser la concertation avec les citoyens

Élus

Des maires tentent d’organiser le dialogue avec les citoyens en colère en leur ouvrant leurs mairies, et ont appelé au calme jeudi 6 décembre 2018 avant la nouvelle journée de mobilisation des « gilets jaunes » samedi 8 décembre 2018.

« Le temps du dialogue et de l’échange est venu. Tout le monde doit y prendre part » : l’Association des Maires de France (AMF) a demandé aux élus de relayer dans toutes les communes « un appel au calme, au dialogue et à l’arrêt des violences ».

Confrontés au mécontentement des Français, en particulier dans les territoires ruraux et les petites communes, les élus veulent favoriser la concertation locale et participer à la prise de décisions. L’Association des maires ruraux (AMRF) et celle des petites villes de France (APVF) ont demandé à leurs élus d’ouvrir leurs mairies samedi 8 décembre 2018, pour permettre à chacun « d’exprimer verbalement » sa colère.

Face à « la surdité » de ceux qui gouvernent, le rôle du maire et du conseil municipal sera « d’écouter, d’enregistrer et de faire remonter l’information, sans prendre parti, sans juger, sans contredire… » « Charge ensuite à l’État de récolter, d’écouter et de synthétiser les remontées », précisent les deux associations qui regroupent environ 11 000 maires.

Dans les grandes villes, le maire de Saint-Étienne Gael Perdriau (LR) a également décidé d’ouvrir à partir de lundi 10 décembre 2018 « une consultation citoyenne » dans sa mairie, sous la forme d’un « cahier de doléances », et appelé tous ses collègues à faire de même. « Ancrés dans les préoccupations quotidiennes de leurs administrés », les maires sont seuls capables « de renouer le dialogue et de rétablir le lien avec les Français », écrit-il dans un communiqué.

L’ensemble de ces consultations doivent déboucher sur des synthèses des revendications qui seront ensuite transmis au chef de l’État et au gouvernement. La crise actuelle fait écho aux critiques sur l’abandon des territoires et l’absence de concertation que les élus locaux expriment depuis le début du quinquennat.

Plutôt bienveillante à l’égard de l’exécutif, Villes de France, qui regroupe les villes moyennes, a appelé pour sa part à ce que les décisions du gouvernement soient « prises en étroite collaboration avec les maires ». Le gouvernement entend quant à lui organiser un grand débat local pour trouver des réponses aux revendications des « gilets jaunes », dont l’organisation sera confiée à l’ancienne ministre Chantal Jouanno.

Des concertations qui doivent être relayées par les élus locaux et les associations, selon la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault. « Ça va durer trois mois et il faut mettre tout sur la table », a-t-elle affirmé jeudi 6 décembre sur RMC et BFMTV.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum